L'ogre parisien tue le Lyon

le
0
L'ogre parisien tue le Lyon
L'ogre parisien tue le Lyon

Au Parc des Princes et avec son équipe B, le PSG s'est difficilement, mais logiquement imposé face à de surprenants Lyonnais. Les Parisiens, qualifiés en demi-finales, continuent donc leur chemin en Coupe de la Ligue.

Paris Saint-Germain 2-1 Olympique lyonnais

Buts : Rabiot (17e) et Lucas (73e) pour Paris // Tolisso (42e) pour Lyon

"Et Sirigu / Et Sirigu / Et Sirigu est avec nous ! / Et Sirigu / Et Sirigu / Et Sirigu est avec nous !" Un quart de finale de Coupe de la Ligue présente souvent peu d'atouts. Surtout quand il concerne le PSG et que le vainqueur ne fait pas de doute. Ce soir, il aura au moins été l'occasion de (re)voir Salvatore Sirigu dans les cages. Le kop de Boulogne ne s'y est pas trompé, lui qui le chérit toujours autant malgré ses rares apparitions. Mais qu'il se rassure : si l'Italien s'en va, ce ne sera pas forcément une grosse perte sportivement parlant. Paris a tellement de ressources qu'il pourrait aligner Ahamada sans en payer les conséquences.

Car même avec une équipe bis, le club de la capitale est meilleur. Il suffit de faire entrer du sang neuf quand ça coince un peu pour convertir sa domination. Bien embêtés par des Lyonnais impliqués et étonnants, les potes de Verratti ont pu compter sur les remplaçants pour choper la qualif' en demies. Tenu en échec jusqu'à 70e minute, Lucas a inscrit le point décisif.

Un but parisien pas valable


Vu la richesse de son effectif, Blanc a évidemment fait tourner. Sirigu est fidèle au poste et Luiz arbore le brassard de capitaine. Sur le banc, c'est du lourd. On ne dira pas son prix ni les noms qui le composent, ce serait indécent. De l'autre côté, c'est bien sûr moins flamboyant, même si Lacazette fait banquette. Si le Parc n'est pas spécialement en chaleur de voir Cavani en pointe, il est en tout cas bien content de retrouver Jallet, la tribune Auteuil scandant son nom à plusieurs reprises. Alors que les Lyonnais tentent de prendre le jeu à leur compte, Verratti et Kurzawa s'amusent comme des petits fous sur le côté gauche, et Lavezzi gâche une première occase. Face à un OL qui ne souffre d'aucun complexe, Paris prend des risques devant sa surface en s'efforçant d'imiter le Barça. L'équipe remplaçante de la capitale a beau avoir de la gueule, elle est loin de rivaliser avec l'image laissée par les habituels titulaires. Imprécisions techniques, pressing moins haut, mauvaises passes longues... N'est pas…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant