L'offre française retenue pour la reprise d'Ascométal

le
2
LA JUSTICE A CHOISI LE REPRENEUR FRANÇAIS POUR ASCOMÉTAL, SELON UN SYNDICAT
LA JUSTICE A CHOISI LE REPRENEUR FRANÇAIS POUR ASCOMÉTAL, SELON UN SYNDICAT

PARIS (Reuters) - Le tribunal de commerce de Nanterre a désigné jeudi le projet porté par le Français Franck Supplisson, ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde à Bercy, pour reprendre les actifs du producteur d'aciers spéciaux Ascometal, au détriment du projet brésilien, a-t-on appris de source syndicale.

Le gouvernement français s'était engagé à contribuer à une solution pérenne pour sauver l'entreprise placée en redressement judiciaire, mettant en danger 1.900 emplois en France.

L'offre française était donnée favorite aux côtés de l'offre du Brésilien Gerdau, soutenue par le syndicat des cadres CFE-CGC, qui l'estimait plus "robuste" financièrement.

"Le tribunal en a décidé autrement", a dit à Reuters Fabrice Vercamer, délégué syndical CFE-CGC. "J'espère que cette décision est une véritable décision industrielle et non pas politique."

La CGT soutenait quant à elle l'offre française.

Le sidérurgiste de spécialités Ovako s'est allié à un groupe d'industriels et d'investisseurs français pour présenter l'offre choisie par la justice pour la reprise d'Ascometal.

Ce groupe de repreneurs inclut entre autres le fondateur d'Ascometal et ex-président d'Airbus Noël Forgeard, l'ex-directeur général d'Arcelor Guy Dollé et Frank Supplisson.

Ascometal compte trois sites sidérurgiques et trois unités de parachèvement en France. Il fournit des aciers spéciaux aux industries automobile et pétrolière entre autres.

(Chine Labbé, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lorant21 le jeudi 22 mai 2014 à 14:49

    Bien. Mais l'avis des cadres n'était pas stupide.

  • M9390997 le jeudi 22 mai 2014 à 14:03

    B R A V O