L'offensive contre Mossoul progresse plus rapidement que prévu-Abadi

le , mis à jour à 16:29
2
    * 25 pays réunis à Paris pour parler du "jour d'après" 
    * L'offensive témoigne de l'unité de l'Irak-Abadi 
    * Possible "évaporation" de djihadistes vers Rakka-Hollande 
 
 (Actualisé avec déclarations Ayrault, Jaafari) 
    par Marine Pennetier et John Irish 
    PARIS, 20 octobre (Reuters) - L'opération de reconquête de 
Mossoul progresse plus rapidement que prévu et témoigne de 
l'unité de l'Irak dans la lutte contre l'Etat islamique, a 
déclaré jeudi le Premier ministre irakien lors d'une réunion 
consacrée à la stabilisation de la deuxième ville du pays.     
    Une vingtaine de représentants occidentaux et arabes ont 
fait le déplacement à Paris pour assister à cette rencontre 
organisée quelques jours avant une autre conférence consacrée au 
volet militaire, prévue le 25 octobre, également dans la 
capitale française.  
    S'exprimant depuis Bagdad en visioconférence, Haider al 
Abadi a indiqué que les forces locales, appuyées par la 
coalition internationale emmenée par les Etats-Unis, 
progressaient vers Mossoul "plus rapidement que ce nous avions 
escompté et programmé". 
    Une unité d'élite de l'armée irakienne et des combattants 
kurdes ont lancé jeudi matin une nouvelle offensive en direction 
de villages des alentours de Mossoul.  
    L'assaut, qui n'a pas encore officiellement débuté, pourrait 
donner lieu à une bataille sans précédent depuis l'invasion 
américaine de 2003.     
    Face aux inquiétudes exprimées sur le "jour d'après" à 
Mossoul, dans un pays où les rivalités entre communautés se sont 
à plusieurs reprises soldées par des cycles de violence, le chef 
du gouvernement irakien s'est voulu rassurant.  
    "Les forces des Peshmergas (kurdes-NDLR) se battent aux 
côtés des forces irakiennes fédérales, dans une totale 
harmonisation", a souligné le chef du gouvernement irakien, 
selon la traduction de ses propos par une interprète.  
    "L'unité irakienne est à son meilleur, l'Irak est plus que 
jamais proche de l'unité dans sa volonté commune de libérer 
notre territoire de l'organisation terroriste", a-t-il ajouté. 
         
    RAKKA EN LIGNE DE MIRE 
    La guerre menée aujourd'hui à Mossoul "est une guerre 
irakienne, sous conduite irakienne, pour les Irakiens, pour la 
libération du territoire irakien".  
    Préparée de longue date, l'offensive contre l'EI à Mossoul a 
suscité ces derniers jours les craintes de plusieurs 
organisations de défense de droit de l'homme, notamment Amnesty 
International qui a appelé à tout mettre en oeuvre pour protéger 
les civils de l'opération militaire et de possibles actes de 
vengeance.  
    "En réponse à ceux qui accusent les FMP (forces de 
mobilisation populaires, milices chiites) de mal se comporter, 
ce n'est pas vrai", a déclaré le chef de la diplomatie 
irakienne, Ibrahim al Jaafar à l'issue de la rencontre. "Elles 
font partie des forces irakiennes et seront dissoutes ensuite." 
    Au-delà de la reconquête de Mossoul, dont Washington et 
Paris s'accordent à dire qu'elle sera "longue", la question 
d'une fuite des djihadistes de l'Etat islamique vers Rakka, la 
capitale autoproclamée de l'organisation djihadiste en Syrie, 
suscite des inquiétudes. 
    "Nous devons être exemplaires sur le plan de la poursuite 
des terroristes qui déjà quittent Mossoul pour rejoindre Rakka" 
, a estimé jeudi François Hollande en ouvrant la réunion à 
Paris. 
    "Nous ne pouvons pas admettre qu'il puisse y avoir 
simplement comme réussite une évaporation de ceux qui étaient à 
Mossoul vers d'autres lieux où ils pourraient là encore mener 
des actions", a-t-il souligné. 
    "Décisive", la bataille de Mossoul devra être poursuivie, 
notamment en Syrie, puis en Libye, a renchéri le chef de la 
diplomatie française Jean-Marc Ayrault à l'issue de la réunion.  
    Face au risque d'infiltration de djihadistes au sein de la 
population, des opérations de contrôle vont être mis en place 
avant l'accueil des civils dans les centres de réfugiés, a-t-il 
ajouté. 
 
 (Edité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • masson33 il y a 3 mois

    Laissons donc les russes (de vrais soldats..) s'occuper des fuyards et faire le tri entre les vrais et les terroristes de Daesh.Pour le reste...la guerre fera toujours des victimes innocentes...

  • M7097610 il y a 3 mois

    article qui reconnait totalement la geographie, comme nos dirigeants. La médiocrité est généralisée.