L'odyssée du chef rebelle libyen Souleiman Fortia

le
0
Ce membre du Conseil national de transition a quitté la ville Misrata sous les bombardements, avant de rencontrer Nicolas Sarkozy à l'Élysée.

Souleiman Fortia essaie de se concentrer. La fatigue marque le visage de ce quadragénaire en costume sombre. Représentant des rebelles libyens de Misrata, la ville martyre encerclée par les troupes de Kadhafi, il s'en est échappé par bateau. Il est en escale pour seulement 24 heures à Paris. Le temps de rencontrer Nicolas Sarkozy, mercredi soir à L'Élysée, en compagnie d'autres représentants du Conseil national transitoire, la représentation politique des rebelles à Benghazi.

L'objectif était de transmettre au chef de l'État les remerciements du conseil. Et aussi de faire passer un message urgent: «Il nous faut des troupes au sol.» Sa ville, qui compte plus de 400.000 habitants, était jeudi presque coupée du monde, raconte Souleiman Fortia, professeur d'architecture des universités de Misrata et de Tripoli. Le port, seule porte de sortie, a été temporairement fermé après un violent bombardement. Lundi, Souleiman Fortia avait réussi à embarquer sur un bateau

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant