L'odyssée de Dile, rescapé de Srebrenica

le
0
PORTRAIT - Ce Musulman a échappé de peu au massacre. L'arrestation du général Mladic le renvoie à la tragédie de 1995.

Bien à l'abri dans une bâtisse en ruines, Dile embrasse du regard les flancs boisés et escarpés de la vallée de Srebrenica, noyée sous un violent orage. En contrebas, la petite ville encastrée dans les montagnes de Bosnie orientale courbe l'échine, les rues désertées à cause de la violence de l'ondée survenue soudainement. Trempé jusqu'aux os, heureux comme un gamin, le colosse barbu rit de ce bon tour joué par la nature, la voix teintée d'émotion: «Ces bois m'ont servi d'abri pendant si longtemps, je suis chez moi ici.»

Aucune amertume ne transparaît, malgré les seize années écoulées depuis la tragédie et un traumatisme perceptible. Celui d'une «zone de sécurité» de l'ONU, enclave démilitarisée livrée en juillet 1995 aux troupes bosno-serbes du général Ratko Mladic par la pusillanimité des Casques bleus censés en assurer la protection. L'ampleur du drame - 8000 hommes et enfants raflés, exécutés et ensevelis à la hâte - allait faire basculer l

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant