L'odyssée d'Omer

le
0
L'odyssée d'Omer
L'odyssée d'Omer

Ce samedi au Sammy Ofer Stadium de Haifa, Israël reçoit le pays de Galles pour le choc du groupe B. Les deux premiers ont un point de différence, et les locaux comptent bien creuser l'écart face à leur rival du jour. Surtout que les Bleu et Blanc possèdent une arme secrète. Son nom ? Omer Damari.

Quel est le rapport entre le fameux poète grec et le joueur israélien qui crève l'écran en ce moment, Omer Damari ? Les deux parlent de combat. Sauf que, quand le premier raconte ceux des autres, le second essaie de livrer sa propre bataille. Omer Damari est un homme discret. Discret, mais terriblement efficace. Et si Israël est à la première place de son groupe de qualification pour l'Euro français de 2016, c'est forcément grâce à lui. En effet, le natif de Rishon LeZion au sud de Tel Aviv est, avec cinq pions au compteur, le meilleur buteur des éliminatoires de l'Euro, devant des gros calibres comme Lewandowski, Welbeck ou bien même Huntelaar. Le titre est flatteur, mais lorsque l'on regarde le parcours du bonhomme, on comprend mieux comment Damari en est arrivé là. Les coéquipiers de Gareth Bale le savent : samedi, il va falloir museler l'attaquant de 26 ans sous peine de perdre cette bataille-là.
Pépite du Maccabi Petah Tikva
Parce qu'avant d'être au zénith du football européen, Damari a su attendre en silence son heure. Omer a vite trouvé la clé du succès et cela depuis sa formation dans le modeste club du Maccabi Petah Tikva. Alors, quand il effectue ses débuts en 2006 dans l'équipe première de cette petite ville de 22 000 habitants, c'est déjà une bonne chose de faite. Pourtant, l'attaquant est encore loin d'être aussi efficace qu'aujourd'hui. Mais il possède déjà toutes les qualités pour exploser au plus haut niveau de la Premier League israélienne. C'est un autre Omer, Golan cette fois, qui découvre très rapidement l'indéniable talent du jeune joueur qui vient de faire ses premiers pas avec le Maccabi. L'ancien international raconte ses premières rencontres avec le rookie : "Pour notre première rencontre, nous jouions avec mon petit frère. Il avait 12 ans. Il était déjà très rapide et très technique. Tout le monde savait que s'il faisait les bons choix, il allait devenir une star du football."

Damari dégage cette aura qui fait la différence. Ce petit truc qui transforme un bon joueur en un joueur incroyable. Golan révèle aussi que l'homme est "le même sur le terrain que dans la vie". "Il est très intelligent et il ne parle pas beaucoup. En revanche, il ne parle que pour dire des choses censées et intelligentes. C'était vraiment quelqu'un de très calme, de très effacé. Il était toujours tranquille, cool." Pourtant,...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant