L'OCDE voit la reprise aux Etats-Unis accélérer jusqu'en 2015

le
0
L'OCDE VOIT LA REPRISE AUX ETATS-UNIS ACCÉLÉRER JUSQU'EN 2015
L'OCDE VOIT LA REPRISE AUX ETATS-UNIS ACCÉLÉRER JUSQU'EN 2015

par Howard Schneider

WASHINGTON (Reuters) - La reprise économique aux Etats-Unis devrait accélérer dans les prochains mois, le boom énergétique, le recul du chômage et un rebond de l'investissement permettant à la croissance de connaître son rythme le plus soutenu en dix ans, selon l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Dans sa dernière étude consacrée aux Etats-Unis, l'OCDE dit s'attendre à une croissance du produit intérieur brut (PIB) américain de 2,5% cette année, un chiffre légèrement inférieur à ses prévisions publiées le mois dernier.

L'Organisation a toutefois maintenu sa prévision d'une croissance de 3,5% en 2015, qui serait le rythme le plus soutenu depuis 2004.

L'OCDE est plus optimiste sur la croissance américaine que la plupart des prévisionnistes d'institutions privées ou d'autres organisations internationales comme la Banque mondiale, cette dernière anticipant une croissance de 3,0% l'an prochain.

La faiblesse des prix de l'énergie et des coûts de financement couplée aux trésoreries abondantes des entreprises devraient se traduire par une hausse de 10% de leurs investissements en 2015, selon l'OCDE.

La poursuite du recul du chômage soutiendra la demande des consommateurs et la reprise du marché du logement.

"Les Etats-Unis sont le point fort de la reprise mondiale aujourd'hui ", a estimé le secrétaire général de l'OCDE Angel Gurria, en présentant l'étude.

L'OCDE a souligné le succès des mesures prises pour maîtriser les dépenses et la dette de l'Etat fédéral. L'impact des coupes budgétaires sur la croissance a été réduit tandis que la dette fédérale s'est stabilisée autour de 106% du PIB et pourrait commencer à décroître.

L'OCDE a toutefois souligné que certains développements sur le marché du travail pourraient peser sur les perspectives économiques.

En dépit de l'accélération de la croissance, l'Organisation s'attend à un lent recul du chômage dont le taux sera encore de 6% à la fin 2015, au-dessus du niveau correspondant au plein emploi. Le taux de chômage est ressorti à 6,3% au mois de mai.

La stagnation des salaires dans les foyers à revenus faibles ou moyens a pesé sur la demande et accentué les inégalités, souligne l'OCDE, qui plaide pour une réforme de la fiscalité et une augmentation du salaire minimum.

"La croissance n'est pas suffisante. Les bénéfices de la croissance doivent être partagés", a prévenu Angel Gurria.

L'OCDE a aussi pointé la baisse du taux de participation au marché de l'emploi, recommandant une réforme des textes sur l'immigration et des programmes de formation pour y remédier.

L'Organisation recommande aussi une réduction du taux de l'impôt sur les sociétés, actuellement à 39,1%, l'un des plus élevés parmi les grands pays développés, et un élargissement de la base imposable en réduisant les incitations pour les entreprises à ne pas rapatrier les profits réalisés à l'étranger.

(Marc Joanny pour le service français, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant