L'OCDE voit la dette de la France dépasser 100% du PIB en 2018

le
2
L'OCDE VOIT LA DETTE DE LA FRANCE DÉPASSER 100% DU PIB EN 2018
L'OCDE VOIT LA DETTE DE LA FRANCE DÉPASSER 100% DU PIB EN 2018

PARIS (Reuters) - La dette publique de la France devrait dépasser 100% du produit intérieur brut (PIB) de la France en 2018, selon l'OCDE qui prévoit cependant un déficit contenu à 2,9% du PIB à la même date et une poursuite de la baisse du chômage d'ici là, sur fond de reprise progressive de la croissance.

Dans ses prévisions économiques d'automne publiées lundi, l'Organisation de coopération et de développement économiques anticipe une timide reprise de la croissance de l'économie française, qui passerait de 1,2% cette année à 1,3% en 2017 avant de s'établir à 1,6% en 2018.

Ces projections sont comparables à celles du Fonds monétaire international - qui prévoit 1,3% en 2016 et 2017 - et légèrement inférieures à celles de la Commission européenne, qui table sur 1,3% cette année, 1,4% l'an prochain et 1,7% en 2018.

Elles restent en revanche moins optimistes que celles du gouvernement français, qui a légèrement abaissé sa prévision pour cette année, à 1,4% mais a maintenu le chiffre de 1,5% pour 2017, dans le projet de loi de finances rectificative (PLFR) de fin d'année présenté mi-novembre.

En ce qui concerne le déficit public, l'organisation basée à Paris prévoit que la France respecte tout juste ses engagements européens en le ramenant de 3,3% du PIB cette année à 3,0% l'an prochain puis 2,9% en 2018, grâce à "la réduction continue du coût du service de la dette et une certaine modération des dépenses".

La Commission européenne s'attend elle à ce que le déficit public de la France repasse sous le seuil de 3,0% du PIB l'an prochain avant de le dépasser à nouveau, avec des prévisions de -2,9% pour 2017 et de -3,1% pour 2018.

Le gouvernement français affiche de son côté un objectif de déficit ramené à 2,7% du PIB l'an prochain.

En revanche, l'hypothèse d'une stabilisation de la dette publique au sens de Maastricht autour de 96% du PIB retenue par le gouvernement est largement démentie par l'OCDE, qui s'attend à ce qu'elle monte de 97,9% cette année à 99,4% l'an prochain avant d'atteindre 100,2% en 2018.

Selon la définition maastrichienne, la dette publique inclut à la fois la dette de l'Etat, celles des administrations de sécurité sociale, des administrations publiques locales et des organismes divers d'administration centrale.

Le scénario retenu par le gouvernement avait déjà été battu en brèche dans les prévisions d'automne de la Commission européenne, qui s'attend toutefois à une progression plus mesurée, de 96,4% cette année à 97,1% en 2018.

En ce qui concerne le chômage, l'OCDE voit le taux de chômage selon les critères du Bureau international du travail continuer de diminuer graduellement, passant de 9,9% cette année à 9,7% en 2017 et 9,6% en 2018.

La perspective de l'élection présidentielle de l'an prochain est cependant "source d'incertitudes considérables tant les programmes économiques des candidats diffèrent fortement" souligne l'OCDE.

(Myriam Rivet, édité par Yann Le Guernigou)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7361806 il y a une semaine

    Peu importe ce ne sont pas les électeurs qui vont payer mais leurs petits enfants !

  • 445566ZM il y a une semaine

    L'OCDE est certainement au courant que l'élection permettra de changer le président, donc pour 2017 il n'y aura pas de responsable. J'ose pas imaginer le montant du déficit. Le budget prévoit qu'il sera, comme d'habitude de l'ordre de 70 000 000 000 euros, soit 22 % des revenus, mais 3 % par rapport au PIB sonnent tellement mieux.

Partenaires Taux