L'OCDE table sur une croissance chinoise de 7% en 2015

le
0
L'OCDE PRÉVOIT UNE CROISSANCE DE 7% EN 2015 EN CHINE ET DE 6,9% EN 2016
L'OCDE PRÉVOIT UNE CROISSANCE DE 7% EN 2015 EN CHINE ET DE 6,9% EN 2016

PEKIN (Reuters) - La Chine devrait connaître une croissance économique de 7% cette année et de 6,9% en 2016, selon une enquête publiée vendredi par l'OCDE, qui parle d'un développement moins soutenu mais plus durable et propose des pistes de réformes.

Après avoir connu un développement exceptionnel pendant trois décennies, l'économie chinoise marque le pas.

Le gouvernement table lui aussi sur une croissance de l'ordre de 7% en 2015. Affectée par un marché du logement vacillant, par la surproduction industrielle et la réduction des investissements publics, la croissance est tombée en 2014 à son niveau le plus bas depuis 24 ans de 7,4%. Exportations, investissements, productions manufacturières et ventes au détail: tous les indicateurs sont en recul.

La Banque populaire de Chine (PBoC) a réduit les taux par deux fois depuis novembre. Début février, elle a abaissé le coefficient des réserves obligatoires pour encourager les banques à prêter plus.

"Après avoir connu l'une des expansions économiques les plus formidables de toute l'histoire, la Chine amorce une transition progressive vers une 'nouvelle normalité' marquée par une croissance moins rapide et plus durable, ce qu'il convient de saluer", dit le Secrétaire général de l'OCDE Angel Gurría, dans un communiqué.

L'organisation table sur 5,5% de hausse des exportations en 2015 et sur 6% l'année suivante.

"Un dollar plus fort pourrait avoir un effet négatif sur la compétitivité des exportations tant que le yuan lui restera étroitement lié", dit-elle. "A court terme, la Chine doit préserver une dynamique suffisante pour réduire les déséquilibres économiques tout en évitant des ajustements excessivement brutaux qui pourraient déclencher une crise.

"A l'avenir, le secteur des services bénéficiera de l'ouverture aux investissements privés et de la diminution de la part de marché des entreprises publiques dans les activités à vocation commerciale", poursuit-elle, plaidant pour une montée en puissance de l'activité d'innovation pour réduire l'écart entre la Chine et les économies qui sont le plus axées sur le savoir.

(Kevin Yao, Jean-Philippe Lefief pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant