L'OCDE regrette le déficit d'investissement de l'Allemagne

le
0
    BERLIN, 5 avril (Reuters) - L'Allemagne n'a pas su tirer 
parti de la faiblesse des taux d'intérêt pour augmenter ses 
investissements, un élément pourtant essentiel de la croissance 
à long terme, a déclaré mardi l'OCDE. 
    Dans une étude, l'Organisation pour la coopération et le 
développement économiques ajoute que la faiblesse des principaux 
partenaires commerciaux de l'Allemagne pourrait peser sur la 
confiance des consommateurs.  
    "Un ralentissement accru de l'activité sur les marchés 
émergents et un regain de faiblesse de l'activité dans la zone 
euro pourraient nuire davantage que prévu aux exportations, 
peser sur l'investissement et se répercuter sur la confiance du 
consommateur", résume-t-elle.  
    En janvier, le gouvernement allemand a abaissé sa prévision 
de croissance 2016 à 1,7%, le niveau enregistré en 2015, en 
arguant de l'impact du ralentissement des pays émergents sur les 
exportations.  
    Depuis, les prévisions budgétaires présentées par Berlin, 
qui privilégie l'équilibre des finances publiques, ont surtout 
mis l'accent sur les dépenses d'infrastructures et de sécurité 
ainsi que sur celles liées à l'accueil des migrants et réfugiés. 
    Dans son étude, l'OCDE estime que "le gouvernement et les 
entreprises n'ont que peu tiré parti de l'avantage des taux 
d'intérêt bas pour augmenter leurs investissements, en dépit du 
bon état des finances publiques et du niveau élevé de 
rentabilité". 
    L'organisation internationale souligne que l'Allemagne 
investit moins que d'autres économies avancées dans "l'économie 
de la connaissance", c'est-à-dire des actifs intangibles tels 
que la propriété intellectuelle, les logiciels ou les 
compétences de gestion.  
    "Des réformes favorisant l'investissement dans l'économie de 
la connaissance et libérant le potentiel de services essentiels 
(...) doperaient aussi la compétitivité du secteur 
manufacturier, assurant la promotion de la transition vers 
'l'industrie 4.0'", poursuit l'étude en référence à la volonté 
du gouvernement allemand de développer l'industrie connectée à 
internet.  
    Pour favoriser l'investissement et améliorer la 
productivité, l'OCDE conseille à l'Allemagne d'assouplir la 
réglementation des services aux entreprises, d'ouvrir le capital 
des "Landesbanken", les banques publiques régionales, et de 
favoriser les projets d'investissement des collectivités 
locales.  
 
 (Paul Carrel; Marc Angrand pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux