L'OCDE inquiète de la viabilité sociale des systèmes de retraite

le
4
LES PAYS DE L'OCDE FACE AU DÉFI DE LA VIABILITÉ SOCIALE DE LEURS SYSTÈMES DE RETRAITE
LES PAYS DE L'OCDE FACE AU DÉFI DE LA VIABILITÉ SOCIALE DE LEURS SYSTÈMES DE RETRAITE

PARIS (Reuters) - Les pays de l'OCDE ont commencé à prendre la mesure du défi financier du vieillissement de leur population pour leurs systèmes de retraite mais il leur reste à relever celui de la viabilité sociale de ceux-ci.

Dans son Panorama des pensions 2015 publié mardi, l'Organisation de coopération et de développement économiques estime que la question est aujourd'hui de savoir si les pensions de retraite seront suffisantes à terme pour assurer des conditions de vie correctes aux populations âgées.

Elle constate avec satisfaction que depuis dix ans qu'elle mène cette étude, la plupart des pays ont amélioré la pérennité financière des systèmes de retraite.

Ces deux dernières années encore, trois pays de l'OCDE sur quatre ont accentué leurs réformes dans un contexte de fortes pressions budgétaires pour certains, l'impact du vieillissement démographique sur les finances publiques se faisant ressentir de façon croissante.

L'accent a été mis sur l'allongement de la durée de vie professionnelle avec le relèvement de l'âge légal de départ à la retraite, le resserrement des dispositifs de préretraites et des incitations financières à travailler plus longtemps.

Et s'il n'y a pas eu généralement de coupes directes dans les pensions, des modes d'indexation moins favorables ont été mis en place.

Le résultat est que, en vertu des législations actuelles, l'âge de la retraite pour un homme arrivant à 20 ans sur le marché du travail va passer de 64 ans à 65,5 ans en moyenne dans les pays de l'OCDE à l'horizon du milieu des années 2050.

La France, le Luxembourg, la Slovénie et la Grèce font exception avec un âge de la retraite qui restera pour l'instant inférieur à 64 ans.

Autre conséquence, le taux d'emploi des 55-64 ans a fortement augmenté sur les dix dernières années, passant à 57% dans les pays de l'OCDE (+5 points) et jusqu'à 66% (+21 points) en Allemagne.

CONTINUITÉ DES COTISATIONS

Mais l'enjeu est aussi celui de l'accélération du vieillissement de la population, avec une durée de vie en retraite qui devrait augmenter de 4,5 années d'ici le milieu des années 2050, et de l'évolution du marché du travail, où les emplois stables qu'ont connu nombre de retraités actuels pourraient ne plus être la norme.

Pour l'OCDE, le chômage élevé dans certains pays, notamment chez les jeunes et les travailleurs âgés, et la multiplication des emplois temporaires et précaires sont autant de facteurs qui perturbent la continuité des cotisations des travailleurs aux régimes de retraite.

L'Organisation estime nécessaire de réévaluer les filets de protection sociale pour les retraités qui n'ont pas suffisamment cotisé pour prétendre à la pension minimale, notamment là où leur faible montant se conjugue avec un taux de pauvreté élevé chez les personnes âgées.

Elle cite sur ce point le Chili, la Corée, le Mexique et la Turquie mais aussi la Suisse et les Etats-Unis.

Dernier point, elle s'inquiète des effets de la faible croissance économique actuelle et de l'environnement de taux bas sur les rendements nécessaires pour atteindre les niveaux de pensions appropriés.

Cet environnement pourrait, selon l'organisation, pousser les organismes gestionnaires à mettre en place des stratégies d'investissement plus risquées qui pourraient n'être pas sans conséquence sur leur solvabilité et "mettre en péril la sécurité actuelle et future des revenus des retraités".

(Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sarestal le mardi 1 déc 2015 à 19:19

    Et, comme on ne change rien aux régimes spéciaux depuis des décennies : En 2015 on part toujours à la retraite à 50 ans à la RATP.RATP ET SNCF coûtent "chaque année" plus de 4 milliards aux contribuables. Cela est parfaitement vérifiable.

  • M9946587 le mardi 1 déc 2015 à 17:55

    Capitalisation oui pourquoi pas avoir ce système en 3eme niveau mais c'est déjà le cas pour pas mal de monde dans les faits. Parce que si c'est pour remplacer les autres étages du système, alors au niveau sécurité, ce sera très très aléatoire ... il faudra partir en retraite dans un bon cycle boursier !

  • godardja le mardi 1 déc 2015 à 17:47

    Ces infos sont évidentes pour tous les économistes qui s'intéressent au systèmes de retraite. C'est arithmétique : avec un rapport actifs/retraités qui se rapproche de 1, il faudra travailler plus longtemps pour recevoir moins à la retraite. La solution c'est la retraite par capitalisation, encore tabou en France.

  • jpoche le mardi 1 déc 2015 à 17:44

    Enfumage une fois de plus: en France au delà de l'age il faut un certain nombre de trimestre travaillés, contrairement aux autre pays. De plus ce n'est pas en faisant venir de la main d'oeuvre low cost qu'on va assurer les retraites