L'Observatoire des biocarburants est lancé en France

le
0
(Commodesk.com) La France lance un Observatoire des biocarburants (esters et bioéthanol). Avec un objectif ciblé : le Grenelle Environnement prévoit 10% d'énergies renouvelables dans les transports d'ici à 2020. L'Observatoire rassemble les producteurs, opérateurs, constructeurs et associations issus du secteur des biocarburants, majoritaires mais aussi du biogaz ou de l'électricité verte par exemple. La France est le premier producteur européen de biocarburants et le quatrième au niveau mondial. Actuellement, les biocarburants ne sont utilisés que comme additifs aux carburants pétroliers (à hauteur de 7% en 2010) car leur coût reste très élevé. S'ils devaient se substituer aux carburants traditionnels, il faudrait multiplier la production agricole par dix en France. Actuellement, elle est de 300.000 tonnes d'esters (mélange d'huiles de graines oléagineuses, obtenues par pressage du colza et du tournesol) et de 230.000 tonnes de bioéthanol (fermentation des sucres contenus dans des plantes comme la betterave ou le blé). L'adjonction des esters au gazole permet une économie de 2,2 tonnes d'équivalent CO2 par tonne d'ester. L'utilisation de l'éther, dérivé du bioéthanol, permet d'économiser 1,4 tonne d'équivalent CO2 par tonne de bioéthanol. La France est bien placée dans le transport des voyageurs : un voyageur français consomme 30% de moins par kilomètre qu'un passager allemand. Mais sa répartition modale, au profit de moyens plus économes en énergie, reste en deça de la moyenne européenne. Les transports représentent en France 26 % de ses émissions de gaz à effet de serre (GES), avec 132 MteqCO2 en 2009. Si leur quantité a globalement diminué entre 1990 et 2009, celles des transports (routiers principalement) ont augmenté.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant