L'Italien Andrea Bonomi se lance dans la bataille du Club Med

le
0
CONTRE-OFFRE DE L'ITALIEN ANDREA BONOMI SUR CLUB MED
CONTRE-OFFRE DE L'ITALIEN ANDREA BONOMI SUR CLUB MED

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - L'homme d'affaire italien Andrea Bonomi, premier actionnaire du Club Méditerranée, a annoncé lundi le lancement d'une contre-offre sur le groupe de loisirs, renchérissant sur celle du tandem formé par le fonds Ardian et le conglomérat chinois Fosun International.

Après des semaines de suspense et après avoir été sommé par l'Autorité des marchés financiers (AMF) de clarifier ses intentions avant le 30 juin, 18 heures, l'homme d'affaires italien s'est lancé dans la bataille.

Il propose, via un véhicule d'investissement baptisé Global Resorts et financé à 90% par son fonds Investindustrial, de racheter le Club Med au prix de 21 euros par action et 22,41 euros par Oceane 2015, représentant selon lui une prime de 22% par rapport à la proposition du duo Ardian-Fosun.

Son offre valorise le Club Med à 870 millions d'euros, dont 80 millions d'euros de dette.

Andrea Bonomi, qui détient 11% du groupe, a assuré lors d'une conférence de presse qu'il s'agissait d'une "opération industrielle de long terme" et d'un "plan stratégique ambitieux, dans l'intérêt de toutes les parties prenantes".

L'AMF va maintenant devoir fixer le calendrier des deux offres concurrentes.

Ardian et Fosun, qui détiennent à ce jour respectivement 9,3% et 9,9% du Club Med et ont eu le soutien du management du groupe, proposent 17,50 euros par action et 19,79 euros par Oceane. Ils pourront choisir de s'aligner sur l'offre d'Andrea Bonomi ou de surenchérir.

"LE JEU DES SURENCHÈRES OUVERT"

Le tandem, qui a jusqu'ici refusé de relever son offre, a fait savoir qu'il avait pris bonne note de l'annonce du projet d'Investindustrial et qu'il l'étudierait.

"Le jeu des surenchères est maintenant ouvert. Que le meilleur gagne : que ce soit Gaillon (Ardian-Fosun, NDLR), Bonomi ou un troisième larron ?", a commenté Colette Neuville, présidente de l'Association de défense des actionnaires minoritaires (ADAM), qui a sans succès tenté de bloquer l'offre Ardian-Fosun devant les tribunaux.

Andrea Bonomi a dit s'attendre à ce que son offre obtienne le feu vert de l'AMF dans deux semaines, ce qui permettrait sa conclusion à la fin août ou au début septembre.

Selon une source proche du dossier, l'homme d'affaires ne mettra aucune condition à la réalisation de son offre.

Le Club Med n'a pas fait de commentaire dans l'immédiat. La cotation du titre, suspendue lundi après-midi sur un cours de 19,51 euros, reprendra mardi 1er juillet à 12h00.

Pour lancer son offre, Andrea Bonomi s'est associé à des professionnels de l'hôtellerie, partenaires de Global Resorts à hauteur de 10%. Il s'agit de Sol Kerzner, un entrepreneur d'origine sud-africaine et fondateur de groupes hôteliers comme Atlantis ou One&Only, et de GP Investments, propriétaire de la chaîne d'hôtels brésiliens Hospitality Group.

Il dit vouloir poursuivre une stratégie "plus équilibrée" entre l'Europe, l'Amérique et l'Asie, reprochant implicitement au tandem Ardian-Fosun d'être focalisé sur la Chine, et assure pouvoir apporter une meilleure exécution managériale.

Andrea Bonomi se propose de développer davantage la marque sur le continent américain, tout en remodelant l'offre de moyenne gamme (trois tridents) en Europe, et d'adapter le modèle du "all inclusive" (tout inclus) avec des formules à la carte, plus en phase avec les modes de consommation.

Il prévoit un investissement de 150 millions d'euros, en plus du plan de la société pour accélérer son développement, portant au total à 484 millions les dépenses globales d'investissement.

L'Etat, actionnaire du Club Med via la Caisse des dépôts (CDC) qui détient 7% du capital du groupe, est jusqu'ici resté silencieux dans le dossier. Les dirigeants du groupe sont quant à eux montés au créneau en fin de semaine dernière, selon une source proche du dossier. Henri Giscard d'Estaing, PDG du Club Med, a notamment plaidé la cause de l'offre d'Ardian-Fosun auprès du ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius et de la secrétaire d'Etat chargée du Commerce extérieur et du Tourisme Fleur Pellerin.

Lancée il y a plus d'un an, en mai 2013, l'OPA d'Ardian et Fosun a été bloquée par des recours en justice déposés par des actionnaires minoritaires contestant son équité, recours qui n'ont été tranchés et invalidés qu'en avril 2014. Cette longue période d'incertitude a été mise à profit par le financier italien, qui est progressivement monté au capital du Club Med pour un devenir le premier actionnaire, faisant au passage monter le cours de l'action au-dessus du prix de l'OPA.

(Edité par Dominique Rodriguez et Gilles Guillaume)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant