L'Italie suspend son projet de "bad bank"-sources

le
0

ROME, 19 mars (Reuters) - L'Italie suspend son projet d'une structure de défaisance destinée à recueillir les créances douteuses des banques en raison des règles rigoureuses de l'Union européenne gouvernant les aides publiques, ont déclaré jeudi deux sources gouvernementales. Rome envisageait de créer cette structure dite "bad bank" pour qu'elle émette des obligations garanties par l'Etat afin de racheter aux banques leurs créances douteuses. Pour l'Union européenne, la manoeuvre reviendrait à renflouer le secteur bancaire si l'Etat abondait la structure ou y apportait sa garantie, selon les sources. Si la structure entrait dans le champ des procédures gouvernant les aides publiques, il faudrait imposer des pertes aux actionnaires des banques ou à leurs créanciers obligataires sans garantie, ce dont Rome ne veut pas. "Si les négociations avec Bruxelles se débloquaient, nous pourrions poursuivre notre projet de véhicule doté de garanties publiques. Quant à savoir si l'Etat prendrait une participation directe (dans le véhicule), c'est une autre question", a expliqué l'une des sources. L'encours des créances douteuses ou irrécouvrables des banques italiennes est de 186 milliards d'euros, un fardeau de taille pour l'économie italienne et la rentabilité du secteur. (Giuseppe Fonte, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant