L'Italie sauve un point en Bulgarie

le
0
L'Italie sauve un point en Bulgarie
L'Italie sauve un point en Bulgarie

Au terme d'une rencontre très décousue, l'Italie arrache le match nul en Bulgarie (2-2). La Nazionale s'en sort grâce à une réalisation de son nouvel international italo-brésilien Eder.

Bulgarie 2-2 Italie
Buts : Popov (11e), Mitsanski (17e) pour la Bulgarie / Minev csc (4e), Eder (83e) pour l'Italie

La polémique née du forfait de Claudio Marchisio a fait passer au second plan celle au sujet des sélections des Italo-Brésiliens et Argentins, Eder et Vasquez. Mais à la fin, seule la vérité du terrain compte, et l'attaquant de la Sampdoria s'est chargé de le rappeler à tout le monde. Entré à l'heure de jeu, il a longtemps semblé impuissant, comme l'ensemble de ses partenaires. Sans idée, la Nazionale se préparait déjà à la défaite face à une Bulgarie qui avait vaillamment renversée la situation en première période. C'était sans compter sur Eder, auteur d'une magnifique réalisation pour éviter la défaite à sa (nouvelle) patrie. Un petit point important pour les Italiens, qui laissent toutefois filer la Croatie, victorieuse de la Norvège 5-1, en tête du groupe.
La sauce Popov
Il ne fallait pas arriver en retard au Stade national Vassil-Levski de Sofia. A peine quelques secondes de jeu et Ciro Immobile se retrouve seul devant le gardien bulgare sur une belle ouverture de Bonucci. Qu'importe si l'attaquant du Borussia Dortmund voit sa tentative détournée par Mihaylov, l'échéance ne fait qu'être repoussée. L'Italie prend effectivement le match par le bon bout et ne met pas bien longtemps pour faire la différence. Sur un bon décalage d'Antonelli, Bertolacci centre fort devant le but où Minev est contraint de marquer contre son camp, sous la pression de Zaza. Antonio Conte se dit sans doute que ses hommes ont compris sa philosophie.

Candreva est d'ailleurs proche de doubler la mise sur coup franc. Sauf que, si la Nazionale s'appuyait autrefois sur une défense de fer, ce n'est plus le cas aujourd'hui. Popov profite ainsi d'une interception manquée de Bonucci pour égaliser d'une jolie frappe à l'entrée de la surface. Très inspiré, le milieu du Kuban Krasnodar transcende la Bulgarie quelques minutes plus tard. Il est effectivement au départ d'un contre assassin, conclu de la tête par l'intrus lexical Micanski. La Bulgarie a renversé la vapeur en moins de sept minutes. De quoi rendre fou un Conte déjà sur les nerfs. Un incroyable manqué d'Immobile et une barre du même Popov,...







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant