L'Italie sans forcer

le
0
L'Italie sans forcer
L'Italie sans forcer

Une ouverture du score après 5 minutes de jeu, mais un résultat final identique malgré une prestation plus convaincante que face à Malte : l'Italie doit décidément se contenter de petites victoires. En l'occurrence un nouveau 1-0, signé De Rossi sur penalty, qui s'est fait expulser un peu plus tard. Quant à la Bulgarie, elle est éliminée de la course à l'Euro.

Italie 1-0 Bulgarie

But : De Rossi (5e) pour l'Italie

Daniele De Rossi fait partie des joueurs indéniablement meilleurs en sélection qu'en club. Une performance qui s'explique en grande partie par un amour de la patrie sans limites et une sacrée trempe lorsqu'il s'agit de sortir ses tripes - pour rester poli. Qu'importe, alors, que M. Sergei Karasev lui fasse retirer un penalty, déjà parfaitement tiré, après à peine 5 minutes de jeu. Le milieu de la Roma ne tremble pas le moins du monde sur sa seconde tentative. L'Italie vient de réussir ce qu'elle n'avait pas réussi à faire contre Malte, à savoir faire la différence rapidement. Le plus dur en fait.

Toutefois, si la fougue de De Rossi a ses avantages, elle a aussi ses inconvénients. Le Romain sera exclu en seconde mi-temps, comme Ilian Micanski, avec qui il s'était chauffé. Sans conséquence sur la rencontre, avec une Squadra Azzurra qui a continué de dominer une timide équipe de Bulgarie, sans réussir toutefois à doubler la mise malgré un bon nombre d'occasions. L'Italie reprend ainsi la première place du groupe, deux points devant la Norvège et trois devant la Croatie. La Bulgarie dit, elle, adieu à l'Euro en France.

Deux penaltys pour un


42 secondes de jeu et le gardien bulgare Mitrev est déjà mis à contribution, moins de 3 minutes et Daniele De Rossi sort les cisailles : pas de doute, l'Italie est remontée à bloc pour sortir une grosse prestation. La Bulgarie est totalement asphyxiée et le confirme en concédant, assez bêtement, un penalty. Daniele De Rossi transforme - deux fois - avec sang-froid pour mettre la Squadra Azzurra sur les bons rails. D'ailleurs, malgré une grosse occasion bulgare en contre, qui permet à Buffon de fêter avec grâce sa 150e sélection, l'Italie garde la maîtrise des opérations. Sans se procurer de réelles occasions, mais avec de jolis gestes techniques de Verratti voire de Bonucci, qu'apprécie évidemment le stadio Renzo Barbera de Palerme.

Stephan El…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant