L'Italie révise en baisse son déficit et sa dette 2013

le
2
    ROME, 22 septembre (Reuters) - L'Italie a revu à la hausse 
le calcul de son produit intérieur brut (PIB) 2013 en raison 
d'une série de changements de méthodologie, avec pour 
conséquence une diminution de ses ratios de déficit et de dette, 
a annoncé lundi l'institut national de la statistique (Istat). 
    Le ratio déficit/PIB 2013 est ainsi ramené à 2,8%, contre 
3,0% annoncé auparavant. Le chiffre de 2012 reste inchangé à 
3,0%. 
    La révision du PIB, qui porte sur les chiffres publiés 
depuis 2009, se traduit également par une nette diminution du 
ratio d'endettement, à 127,9% du PIB pour 2013, contre 132,6%, 
et à 122,2% pour 2012, contre 127,0%. 
    La contraction de 1,9% du PIB en 2013 n'a pas été révisée, 
celle de 2012 est désormais chiffrée à 2,3% au lieu de 2,4%. 
    Le nouveau mode de calcul du PIB, applicable à l'ensemble 
des pays de l'Union européenne, devrait aussi favoriser les 
chiffres 2014, accroissant la marge de manoeuvre dont dispose 
gouvernement de Matteo Renzi pour contenir le déficit à 3,0% du 
PIB malgré la rechute en récession. 
    Le nouveau mode de calcul européen, dénommé SEC 2010, 
modifie la classification des dépenses de recherche et 
d'armement dans le PIB et intègre les revenus estimés de 
certaines activités illégales, comme la prostitution ou le 
trafic de drogue. 
    En Italie, il se traduit aussi par une taille accrue du 
secteur public en incluant un certain nombre d'organismes qui 
n'entraient pas auparavant dans les comptes publics. 
    * Principales données publiées lundi par l'Istat:  
               2013                2012 
 PIB          -1,9  (-1,9)        -2,3  (-2,4) 
 DEFICIT/PIB   2,8   (3,0)         3,0   (3,0) 
 DETTE/PIB   127,9 (132,6)       122,2 (127,0) 
 
 (Gavin Jones,; Marc Angrand pour le service français, édité par 
Benoît Van Overstraeten) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • guerber3 le lundi 22 sept 2014 à 13:55

    Pour expliquer que les gens crèvent de faim, il n'y a que les maths...!

  • 22441350 le lundi 22 sept 2014 à 13:23

    Il faudrait nous expliquer comment les revenus "estimés" des activités illégales pourraient être taxés pour contribuer au remboursement des dettes publiques. Ou alors, ces revenus sont blanchis à un moment ou un autre, et réintègrent donc le PIB . On les comptent donc 2 fois.