L'Italie reprend la main

le
0
L'Italie reprend la main
L'Italie reprend la main

On le dit malade, pas compétitif, presque en état de mort clinique. Délaissé par les meilleurs joueurs et les garants financiers. Et pourtant, une semaine européénne parfaite plus tard, le championnat d'Italie s'est refait la cerise. Qui a osé parler de déclin ?

Et soudain, le roi italien déchu reprit les armes et reforma son armée. Une armée qui n'en menait pas franchement large d'ailleurs avec un zèbre, une louve, un âne, un serpent, un taureau et une fleur de lys pour seules ouailles sur les fronts européens. D'accord, on est loin de l'arche de Noé pour traverser le déluge. Et pourtant, la première bataille a été remportée sans même une perte à déplorer. Au terme d'une soirée folle, de Bilbao à Rotterdam, en n'oubliant pas de s'assurer sa suprématie sur ses terres de Naples à Milan en passant par Florence, la majesté italienne s'est relevée. Qui aurait misé sur les six victoires cumulées cette semaine par la Juventus, la Roma, le Napoli, l'Inter, le Torino et la Fiorentina ? Sans doute personne. Qui croyait vraiment à la qualification en huitièmes de finale de Ligue Europa des cinq clubs italiens en première ligne des seizièmes ? Pas grand monde de plus. Mais malgré le scepticisme général, et une actualité rongée par les polémiques alimentées par l'ancien général Sacchi ou par la disparition annoncée de l'ancien vaillant soldat parmesan, la Botte a fait le premier pas pour retrouver sa splendeur. La vérité du terrain a parlé.
Le sens de la débrouille
Bien sûr, se satisfaire de qualifications en huitièmes de finale d'Europa League, de clubs autrefois capables de remporter la compétition 8 fois en 11 éditions (de 89 à 99) peut surprendre. Mais l'essentiel n'est pas là. A force de ne voir que les mauvais côtés du Calcio, on en a oublié ses forces. On dit qu'il faut se méfier de l'eau qui dort. L'Italie l'a confirmé. Ces victoires européennes servent aussi de réponses à ceux qui tirent constamment sur l'ambulance. Oui, les clubs italiens n'ont plus d'argent, mais ils n'ont en revanche pas perdu leurs idées. Quoi qu'en en dise, l'Italie reste et restera toujours une formidable terre de football, un bastion même de la culture du ballon rond. Même pas besoin de transferts aux sommes mirobolantes pour faire la différence. Demandez au Torino et à Maxi Lopez, recruté pour 400 000 euros cet hiver, trois fois buteur lors des deux confrontations contre Bilbao. Ou à Mohamed Salah, quasiment contraint de rejoindre la Fiorentina pour que le deal amenant Cuadrado à Chelsea soit conclu. Des idées, les entraineurs de Serie A n'en manquent pas non plus. Les meilleurs tacticiens sont toujours présents. Que ce soit Massimiliano Allegri qui gère parfaitement la succession...


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant