L'Italie reporte des baisses d'impôts pour renforcer la sécurité

le
0
    ROME, 24 novembre (Reuters) - Matteo Renzi a annoncé mardi 
le report à 2017 de réductions annoncées de l'impôt sur les 
sociétés afin de pouvoir financer un accroissement des dépenses 
culturelles et de sécurité.  
    Le président du Conseil italien avait annoncé son intention 
de réduire l'impôt sur les bénéfices des sociétés en 2016 à 
condition que l'Union européenne autorise le pays à exclure les 
dépenses liées à la crise des migrants du calcul de son déficit 
public dans le cadre des règles fixées par l'Union européenne.  
    Dans un discours prononcé à l'hôtel de ville de Rome onze 
jours après les attentats qui ont fait 130 morts le 13 novembre 
à Paris et Saint-Denis, Renzi a annoncé qu'il proposerait 
d'augmenter les dépenses de sécurité d'un milliard d'euros l'an 
prochain et de développer les dépenses ayant trait à "l'identité 
culturelle" du même montant. 
    Matteo Renzi a reconnu que la flexibilité des dépenses était 
limitée en raison du Pacte européen de stabilité et de 
croissance. "Nous respectons les règles même lorsque nous ne les 
partageons pas parce que c'est la meilleure manière d'être 
crédible mais nous appelons l'Europe à respecter un pacte 
d'humanité qui est plus important qu'un pacte de stabilité", 
a-t-il dit. 
    Les ministres des Finances de la zone euro ont averti lundi 
l'Italie, l'Espagne, l'Autriche et la Lituanie qu'elles 
risquaient d'enfreindre les règles budgétaires de l'Union 
européenne avec leur projet de budget pour 2016.  ID:nL8N13I4JY  
    Lorsque le président de la Commission européenne Jean-Claude 
Juncker a déclaré la semaine dernière que le France pourrait 
bénéficier d'un traitement spécifique après les attentats, Renzi 
s'est empressé de déclarer que le même traitement devrait 
s'appliquer à l'Italie.  ID:nL8N13D3ZX  
    Les dépenses annoncées mardi seront consacrées au budget 
militaire, à la sécurité sur internet, au renforcement et à la 
modernisation des équipements des forces de police et à 
l'augmentation des salaires des fonctionnaires de police, a dit 
Matteo Renzi. 
    Dans le cadre des dépenses culturelles, l'Italie va créer 
des bourses destinées à encourager les recherches portant sur 
les banlieues pauvres et à financer leur développement. Renzi 
veut aussi subventionner l'accès à la culture des jeunes 
Italiens et faciliter le mécénat culturel en encourageant les 
dons directs à des organismes culturels. 
 
 (Steve Scherer et Isla Binnie, Juliette Rouillon pour le 
service français, édité par) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant