L'Italie relève ses prévisions de dette pour 2013 et 2014

le
3
ROME RELÈVE SES PRÉVISIONS DE DETTES POUR 2013 ET 2014
ROME RELÈVE SES PRÉVISIONS DE DETTES POUR 2013 ET 2014

ROME (Reuters) - Le gouvernement sortant italien a fortement relevé mercredi ses prévisions 2013 et 2014 pour la dette publique, tout en estimant qu'il restait de la marge pour une politique budgétaire plus expansionniste.

Le document économique et financier (DEF) publié par le gouvernement de Mario Monti prévoit que le ratio dette publique/PIB, qui a atteint un plus haut record de 127% en 2012, augmentera encore à 130,4% en 2013, au lieu d'un objectif précédent de 126,1%.

La révision pour 2014 est plus sévère encore. La dette publique représenterait alors 129,0% du produit intérieur brut, au lieu d'une projection précédente de 123,1%.

L'Italie, troisième économie de la zone euro, détient le record du ratio d'endettement le plus important, après celui de la Grèce.

Le gouvernement a revu à la hausse le mois dernier ses prévisions de déficit pour 2013, passant à 2,9% du PIB, contre 1,8% initialement annoncé.

Malgré cette révision à la hausse de la dette publique, le DEF déclare que l'Italie devrait "bientôt sortir de la procédure applicable en cas de déficit excessif", ce qui permettra de mener des politiques budgétaires moins restrictives et de porter "plus d'attention à la croissance et à l'emploi".

Les documents du DEF expliquent qu'il y a désormais de la marge pour modifier les impôts sur l'emploi, proposer des incitations fiscales aux entreprises offrant des contrats de longue durée et investir davantage dans l'éducation et la recherche.

Selon le directeur de l'organisation patronale italienne, Cofindustria, Giorgio Squinzi, l'Italie pourrait connaître une récession plus importante que celle envisagée par plusieurs centres de recherche économique en 2013 - qui tablent sur un recul du PIB compris entre 1,4 et 1,5%.

L'absence d'un gouvernement opérationnel depuis février a déjà coûté au pays un point de PIB, a-t-il ajouté.

Gavin Jones, Véronique Tison, Constance de Cambiaire pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • axel1239 le mercredi 10 avr 2013 à 14:59

    caramba, objectif encore raté

  • M9385839 le mercredi 10 avr 2013 à 14:49

    ils doivent faire defaut d une partie de leur dette.ce n est plus tenable

  • M30431 le mercredi 10 avr 2013 à 14:46

    Et encore de la dette à la dette, le bal continue qui dit mieux ??? Les dômages collatéraux s'annoncent...ab

Partenaires Taux