L'Italie refuse d'extrader un suspect de l'attentat du Bardo

le
0

MILAN, 28 octobre (Reuters) - La justice italienne a refusé mercredi une demande d'extradition émanant de la Tunisie et concernant un Marocain soupçonné d'avoir fourni des armes pour l'attentat du musée du Bardo, à Tunis en mars dernier, en expliquant que l'homme risquait d'être condamné à la peine de mort. L'Italie refuse globalement l'extradition de personnes soupçonnées de crime lorsqu'elles encourent la peine de mort dans les pays qui les réclament. La Tunisie n'a pu donner à l'Italie la garantie qu'Abdelmajid Touil ne risquait pas la peine de mort, a expliqué le président de la cour d'Appel de Milan, Giovanni Canzio. Il a ordonné la remise en liberté du suspect, qui était en prison depuis plus de cinq mois. La police a ensuite dit avoir émis un ordre d'expulsion de Abdelmajid Touil vers le Maroc. Elle précise qu'il sera retenu dans un centre pour immigrés à Turin jusqu'à son expulsion. Cette décision est susceptible de recours. Par ailleurs, le parquet de Milan a demandé la clôture, pour manque de preuves, de l'enquête sur l'éventuelle implication d'Abdelmajid Touil dans l'attentat du 18 mars, dans lequel 21 touristes avaient été tués, apprend-on de source judiciaire. La Tunisie n'a pas fait de commentaire dans l'immédiat. Abdelmajid Touil est arrivé en Italie en février sur un bateau de migrants en provenance de Libye. Il a été arrêté à Milan en mai dans le cadre d'un mandat d'arrêt international émis à son encontre. Il dément tout implication dans l'attentat. La Tunisie accuse Abdelmajid Touil d'avoir fourni les armes aux auteurs de l'attentat du Bardo et d'avoir fui ensuite par bateau en Italie. (Manuela D'Alessandro et Emilio Parodi; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant