L'Italie propose la «règle d'or»

le
0
L'Italie n'a plus droit à l'erreur. Il lui reste très peu de temps pour convaincre les marchés qu'elle s'est réellement engagée dans une voie vertueuse pour réduire sa dette et renouer avec la croissance.

Vendredi soir, deux jours après être intervenu au Parlement sans présenter de mesures concrètes et après deux semaines de chute des marchés, Silvio Berlusconi a annoncé une révision drastique des objectifs budgétaires. Il était ­accompagné de son ministre de l'Économie, Giulio Tremonti: tous deux ont affiché une unité de façade après s'être publiquement chamaillés la veille sur le rôle de la BCE dans la crise, ce qui avait fait mauvais effet.

Le nouveau plan de route est contraignant. Le Parlement sera appelé à inscrire immédiatement la «règle d'or», celle qui interdit tout déficit, dans la Constitution. L'équilibre des comptes publics sera anticipé à 2013 au lieu de 2014, échéance trop lointaine aux yeux des marchés. Cela implique de dégager de 7 à 8 milliards de ressources nouvelles sous forme de réductions budgétaires et d'allégements des coûts structurels. Dans ce contexte, le ministre de l'Administration, Renato Brunetta, estime que l'object

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant