L'Italie met l'Espagne dans le rouge

le
0
L'Italie met l'Espagne dans le rouge
L'Italie met l'Espagne dans le rouge

Largement dessus tactiquement et dominatrice une bonne partie de la rencontre, l'Italie bat l'Espagne (2-0) et jouera les quarts de finale de l'Euro 2016.

Italie 2-0 Espagne

Buts : Chiellini (33e) et Pellè (90+1e) pour l'Italie

Qui d'autre que lui ? Qui d'autre que ce bon vieux Giorgio pour s'extraire d'une jungle de joueur et marquer un but du tibia qui vaut de l'or ? Certes, il manque peut-être quelques mètres de sparadrap sur sa tête pour que la fête soit totale, mais après une demi-heure de jeu à sens unique, le défenseur central de la Juventus n'a pas eu besoin de castagner tant son Italie maitrise sa partition. Enième acte d'une sonate délicieuse d'Antonio Conte, ce coup franc d'Eder à l'entrée de la surface est d'autant plus dangereux que le match le plus attendu de ces huitièmes de finale a débuté sous une pluie diluvienne. Malin, le joueur de l'Inter frappe fort côté ouvert, De Gea, impérial jusqu'ici, repousse dans les pieds de Giaccherini qui s'écroule mais parvient à toucher le ballon. Seul face à son destin, Chiellini vient savater la gonfle d'un coup de tibia qui lui sied à merveille. Les Italiens exultent mais dans un Stade de France assez calme, personne ne s'y trompe : ce pion là n'est pas une surprise. Il est juste l'aboutissement d'un travail tactique épatant de Transalpins qui ont récité un ballet maitrisé quand leurs adversaires faisaient dans l'improvisation permanente pendant 45 minutes.

De Gea maintien l'Espagne à flot


Si l'averse qui s'abat sur Saint-Denis donne au début de rencontre un côté dramatique, elle ne fait pas paniquer les Italiens. Dès les premières minutes de jeu, le plan de jeu des coéquipiers de Gigi Buffon est visible. Des sorties de balles propres, au sol, dans l'énorme espace laissé au milieu de terrain entre les trois attaquants espagnols et leurs trois milieux. A l'aise, Parolo, Giaccherini et surtout un énorme De Rossi s'en donnent à coeur joie et sollicitent les flèches des côtés que son De Sciglio et Florenzi. Pendant que Del Bosque se planque de la pluie sur son banc, Conte enfile casquette et K-Way et voit De Gea dégainer une première parade dingue sur une tête de Pellè. Chaud comme la braise, le portier mancunien se montre une nouvelle fois décisif en repoussant sur le poteau une bicyclette de Giaccherini. Au bout de 20 minutes de…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant