L'Italie finit par accepter la dépouille du criminel nazi Priebke

le
0
L'Italie finit par accepter la dépouille du criminel nazi Priebke
L'Italie finit par accepter la dépouille du criminel nazi Priebke

L'encombrant cadavre du criminel nazi Erich Priebke restera finalement en Italie, où un accord a été trouvé samedi pour sa sépulture. Ni l'Allemagne, dont il est originaire, ni l'Argentine, où il avait fui, ne voulaient de sa dépouille, pas plus que l'Italie où il vivait, assigné à résidence, mais où il était l'un des responsables du massacre des Fosses Ardéatines.

«Tout est résolu. Un accord a été trouvé avec les autorités pour la sépulture d'Erich Priebke dans un lieu tenu secret», a déclaré Me Paolo Giachini qui fut son avocat. Les obsèques de l'ex-SS, mort le 11 octobre à l'âge de 100 ans, étaient suspendues, personne ne voulant accueillir sa tombe par crainte qu'elle ne devienne un lieu de rassemblement néo-nazi.

Condamné à la réclusion à perpétuité

«Bien sûr, ce ne sera pas à Rome ou dans la région puisqu'une ordonnance du préfet l'interdit», a précisé l'avocat. Selon lui, «l'accord trouvé satisfait la famille, les exigences éthiques et spirituelles».«Une petite cérémonie aura lieu pour les proches», a-t-il indiqué à l'AFP.

En représailles à une attaque au cours de laquelle 33 soldats allemands avaient été tués, Priebke fut l'un des organisateurs du massacre des Fosses Ardéatines, dont avaient été victimes 335 civils, dont 75 juifs, en 1944 près de Rome. Des témoins avaient affirmé que lui-même avait tué certaines des victimes d'une balle dans la nuque.

Caché pendant plus de 40 ans en Argentine où l'omerta est de mise , il vivait depuis près de 15 ans dans la capitale italienne, assigné à résidence au domicile de Me Giachini, après avoir été condamné à la réclusion à perpétuité.

«Merci Priebke de nous avoir rappelé l'horreur»

En Italie, certains commentateurs ont accusé Me Giachini, très proche des milieux d'extrême droite, d'utiliser la mort de son client et ami à des fins de propagande et d'auto-publicité. Priebke s'était aussi attiré le soutien ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant