L'Italie est la nouvelle cible des marchés

le
0
La péninsule est dans le collimateur des marchés depuis le printemps. Après avoir déjà abandonné 3,5% vendredi soir et près de 4% lundi à la clôture, la Bourse de Milan chute encore de 4% ce mardi matin.

Troisième économie de la zone euro, l'Italie est bel et bien rattrapée par la crise de la dette. La Bourse de Milan, qui a clôturé lundi sur une chute de 3,96 %, après avoir perdu 3,47 % vendredi dernier, chute encore de 3,5% ce mardi matin dans les premiers échanges. En l'espace de cinq petites séances, l'indice Mib a chuté de près de 13% !

Les taux d'emprunt à dix ans se sont envolés jusqu'à 5,71%, leur plus haut niveau depuis dix ans, alors que l'écart avec le «Bund» allemand de référence a dépassé 3 %, un record depuis la création de l'euro. Les credit default swap (CDS) sur la dette italienne à cinq ans, qui traduisent les coûts d'assurance contre les risques de défauts de l'État, ont atteint leur plus haut, à 279 points de base, d'après l'institut Markit.

Pour tenter de freiner la spéculation, l'autorité des marchés boursiers italiens (Consob) a décidé d'encadrer les ventes à découvert - ventes de titres que les opérateurs ne détiennent pas

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant