L'Italie dévoile son plan de lutte contre le chômage des jeunes

le
1
L'ITALIE PRÉSENTE UN PLAN DE LUTTE CONTRE LE CHÔMAGE DES JEUNES
L'ITALIE PRÉSENTE UN PLAN DE LUTTE CONTRE LE CHÔMAGE DES JEUNES

par Steve Scherer

ROME (Reuters) - Le gouvernement italien, qui pique du nez dans les sondages et est miné par des divisions, dévoile ce mercredi son plan de lutte contre le chômage des jeunes, un fléau qui provoque la colère de l'opinion publique et touche près de 40% de la jeunesse.

Le "governissimo" formé à l'issue des élections parlementaires non concluantes de février, dispose d'une marge de man?uvre limitée par le poids de la dette, la deuxième en Europe, la récession qui s'éternise ainsi qu'un long catalogue de promesses électorales.

L'équipe formée par Enrico Letta traverse déjà une passe difficile avec la série de procès qui cerne l'ancien président du Conseil Silvio Berlusconi et des doutes persistants sur le bien-fondé de l'alliance nouée entre le Parti démocrate (centre gauche) et la droite berlusconienne du Parti de la liberté (PDL).

Les deux principaux courants membres de la coalition se déchirent ouvertement sur une base quotidienne. D'après un sondage SWG, la cote de popularité du gouvernement Letta a chuté à 34% la semaine passée contre 43% quinze jours auparavant.

Ce désenchantement à l'égard des partis traditionnels, coupables de n'avoir pas réussi à relancer la machine économique ces deux dernières décennies, fait les affaires du Mouvement 5 Etoiles (M5S) de l'humoriste Beppe Grillo. Ce dernier a engrangé 25% des voix au scrutin de février, dont un tiers des suffrages des jeunes de 18 à 24 ans.

Le M5S, qui pourfend les élites et attaque l'Europe, constitue aujourd'hui la principale formation de l'opposition.

Le peu de liquidités disponibles dans les caisses de l'Etat a servi à Enrico Letta à financer la suspension du paiement de l'impopulaire taxe foncière pour satisfaire les demandes du "Cavaliere".

PAS LES MOYENS DE SE CHAUFFER OU DE MANGER DE LA VIANDE

Le gouvernement a également financé des aides à des ouvriers travaillant dans des usines tournant au ralenti, une mesure chère aux syndicats de gauche.

C'est la raison pour laquelle le gouvernement propose une inflexion à bon marché de sa politique, comme une réforme des règles d'embauche et la recherche de financements européens supplémentaires pour la formation professionnelle.

Le successeur de Mario Monti a promis de faire de l'emploi des jeunes sa priorité, conscient qu'il s'agit-là d'un des rares dossiers consensuels entre la gauche et la droite et que s'y attaquer enlèverait un prétexte à la colère des amis de Beppe Grillo.

Le ministre du Travail, Enrico Giovannini, devait rencontrer dans l'après-midi les représentants du patronat et des syndicats pour leur expliquer les mesures de lutte contre le chômage des jeunes, qui va jusqu'à toucher près d'un jeune sur deux dans le sud, défavorisé, de la Péninsule.

"Il est clair que si nous n'agissons pas maintenant pour créer des emplois pour la jeunesse, il n'y aura pas assez de travailleurs dans dix ans pour financer les retraites de leurs propres parents, et le pays aura vécu", souligne une élue du PD, Anna Ascani, âgée de 25 ans.

L'Italie compte la troisième population la plus âgée du globe en moyenne, derrière le Japon et l'Allemagne. La proportion d'adultes en âge de travailler est de seulement trois pour un retraité, d'après les statistiques des Nations unies.

Plus de 60% des jeunes Italiens s'attendent à vivre plus chichement que leurs parents et 38% d'entre eux sont contraints de vivre dans la "famiglia" faute de pouvoir s'offrir un logement, à en croire les conclusions du sondage SWF publiées mardi.

Et d'après une étude distincte de l'Institut national des statistiques (Istat), ils sont plusieurs millions d'Italiens à ne pas avoir les moyens de chauffer correctement leurs foyers ou de manger de la viande.

avec Francesca Piscioneri; Jean-Loup Fiévet pour le service français, édité par Pascal Liétout

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9566237 le mercredi 22 mai 2013 à 17:17

    L'Italie est devenue ingouvernable, ils seront obligés de retourner aux urnes

Partenaires Taux