L'ISR poursuit sa mutation en intégrant la notion d'impact

le
0

(NEWSManagers.com) -

Pour Sylvain de Forges, directeur général délégué du Groupe AG2R La Mondiale, citant Philippe Dutertre, CIO adjoint et responsable ISR du groupe, le monde de l'ISR a connu un véritable " événement cosmique" avec l'adoption par le Forum de l'Investissement Responsable (FIR) et l'Association Française de la Gestion financière ( AFG) d'une longue définition de la notion d'ISR (lire Newsmanagers du 2 juillet).

Au-delà de cette notion lexicologique, toutefois, Matt Christensen (directeur de l'ISR chez Axa IM) a souligné lundi soir lors de la conférence " l'ISR à quoi ?" * qu'au-delà des notions déjà bien établies de gestion du risque et de suivi de la performance, la nouveauté réside dans le fait que les acteurs de l'ISR se préoccupent désormais aussi de la notion d'impact. De sorte que, pour les gestionnaires, le mode d'utilisation de la recherche a changé.

Dans le cahier des charges commun pour l'investissement dans les différentes classes de capitalisation et d'actifs, Axa IM a retenu un faisceau de cinq critères de base: empreinte carbone, consommation d'eau, structure du conseil d'administration, diversité du conseil d'administration et controverses sociales éventuelles. Un socle d'autant plus important que, comme l'a rappelé Joseph Pinto, global head of markets and investment strategy d' AXA IM, le groupe Axa a annoncé récemment qu'il va désormais intégrer l'ISR dans l'ensemble de ses investissement (mandats, fonds et impact investing) et dispose d'une équipe de 10 spécialistes chevronnés en la matière (lire newsmanagers du 10 octobre).

Pour sa part, Philippe Dutertre a insisté sur le fait que l'ISR suppose l'engagement et le dialogue avec les émetteurs et les autres parties prenantes, ce qui permet d'établir des relations apaisées. Au-delà, il y a matière à développer un nouvel investissement de type solidaire, un peu sur le modèle du fonds de 45 millions d'euros d' Agicam, " d'aide aux aidants" .

Déterminer le surcroît (ou non) de performance attribuable à l'ISR par rapport aux méthodes ancestrales ne résoudra pas tous les problèmes. Mais il est sûr que l'ISR, dont certains soulignent qu'il a surtout le mérite de réduire le risque réputationnel, permet d'élargir la base d'investisseurs et de mieux prendre conscience des risques.

* organisée par AG2R La Mondiale et Axa IM

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant