L'ISR doit démontrer sa capacité à améliorer les choses

le
0

(NEWSManagers.com) - " Les démarches volontaires en matière d'investissement socialement responsable ont produit un certain nombre d'effets et notamment un effet volume " , a déclaré Anne-Catherine Husson Traore, directrice général de Novethic, au cours du séminaire organisé par RobecoSAM et L'Agefi sur la finance responsable.

" Mais cet effet volume crée une nébuleuse qui fait que plus personne ne comprend de quoi on parle " , poursuit-elle, faisant sans doute référence à la diversité des approches ISR (best in class) et à toutes les pratiques d'intégration des critères ESG (environnement, social et gouvernance) ainsi que celles d'exclusion...

Mais le vrai sujet de l'ISR, pour elle, est qu'il doit encore démontrer sa capacité à améliorer les choses en matière sociale, environnementale et de gouvernance. " Nous avons un gros déficit dans ce domaine " , reconnaît-elle.

S'agissant de la définition de l'ISR, Jean-Claude Guimiot, directeur général délégué d' Agrica Epargne, a reconnu qu'elle n'était pas aisée. Pour lui, qui rejette celle proposée par l' Association française de la gestion financière, " l'essentiel est que la démarche ISR soit globale, cohérente et au service de l'entreprise qui la pratique " . La question de la performance est d'une certaine manière secondaire. Mais, selon Jean-Claude Guimiot : " on peut supposer que les entreprises qui cherchent à obtenir la satisfaction de leurs clients et de leurs salariés s'en sortiront mieux que les autres " .

Jusqu'ici, rien ne permet de montrer que la prise en compte des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance ont un impact positif sur la rentabilité des entreprises ou sur la rentabilité des fonds qui investissent selon ces critères, a indiqué en substance André Levy-Lang, ancien président du directoire du groupe Paribas. On s'accorde néanmoins à reconnaître qu'être responsable n'est pas pénalisant pour la rentabilité d'entreprise.

En revanche, pour André Levy-Lang, les critères ESG ont un effet sur l'amélioration de la situation globale. " Les questions sociales, environnementales et de gouvernance sont manifestement devenues un thème important pour l'ensemble des entreprises, au-delà de l'aspect contrainte " . Dans le cas de l'ESG, ce ne sont ni les taxes ni les lois qui fonctionnent le mieux, mais l'effet psychologique !

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant