L'Islande s'offre la deuxième place sur le gong

le
0
L'Islande s'offre la deuxième place sur le gong
L'Islande s'offre la deuxième place sur le gong

Menés puis largement dominateurs en seconde période, les Autrichiens ont été pris en contre à la dernière minute de jeu par l'Islande et s'inclinent contre le cours du jeu (2-1).

Islande 2-1 Autriche

But : Bödvarsson (19e) et Traustason (90e) pour les Islandais // Schöpf (60e) pour l'Autriche

Ce premier chapitre ne pouvait se terminer que comme ça. Acculés dans leur camp depuis de très longues minutes, les Islandais flirtent avec l'élimination. Leur portier a bien essayé de grappiller des secondes tout au long du deuxième acte d'une rencontre de bonne facture face à l'Autriche, ce sont bien leurs supporters qui se rongent les ongles en cette fin de match, au moment ou le gardien autrichien Robert Almer traine son crâne chauve dans la surface adverse pour un dernier corner. Mais n'est pas un héros qui veut. Pris en contre, les Autrichiens voient David Alaba battre le record du monde du 60 mètres vainement. Parfaitement trouvé dans l'axe par Bjarnason, le nouvel entre Traustason crucifie l'Autriche à la dernière seconde de jeu et envoie son Islande en huitièmes de finale de l'Euro. Une fin haletante pour un joli chapitre mais pas la fin de l'histoire. Loin de là.

La folie islandaise


Ils le prennent au mieux pour un fou, au pire pour un énorme casse-bonbon. Venus en masse du côté de Saint-Denis pour enfin voir un but de leur équipe, les supporters autrichiens sifflent copieusement Aron Gunnarsson, capitaine islandais, qui vient de demander au ramasseur de balle de changer de sphère avant une de ces fameuses touches " intéressantes " pourvu que l'on compte Rory Delap ou Cesar Azpilicueta dans son équipe. Malheureusement pour les hommes en rouge, le sang qui coule dans les veines du capitaine adverse est froid. Le barbu prend son temps avant d'envoyer un missile vers la surface d'Almer. Etrangement tranquille, Bödvarsson se permet un contrôle un peu long dans la surface avant de croiser un tir que le portier adverse ne peut que regarder. Déjà en marche, la folie islandaise s'empare un peu plus du 93. On joue la 19ème minute au Stade de France et la foule ne vibre pas pour la première fois. Oui, s'ils sont ceux qui font le plus de bruit dans les tribunes, les Autrichiens ont passé les premières minutes du match à constater que les Islandais savent jouer en ballon. Après 120 secondes de jeu, Bjarnason brise le milieu autrichien d'une passe entre les…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant