L'Islande et la plume dans l'histoire

le
0
L'Islande et la plume dans l'histoire
L'Islande et la plume dans l'histoire

Difficilement passée à travers le piège tendu par l'Autriche au stade de France, l'Islande a remporté la première victoire de son histoire dans un championnat d'Europe. Une première pierre au coeur d'un film fantastique qui se poursuivra donc lundi soir contre l'Angleterre.

Il était confiant. Quelques jours plus tôt, après avoir arraché un nul courageux (1-1) contre le Portugal, il avait donné la clé pour le retourner : "Si quelqu'un veut battre l'Islande, il faut juste mieux jouer qu'elle. C'est aussi simple que ça." Dans la foulée, critiqué pour l'obnubilation défensive de son équipe, il en avait profité pour faucher en pleine course les simulateurs (Cristiano Ronaldo et Pepe en l'occurrence) et avait expliqué "ne pas aimer la comédie sur un terrain de football". Reste que Lars Largebäck est un dramaturge. Ce mercredi, dans un stade de France soufflé par le scénario d'une rencontre étouffante, l'Islande a marché sur l'Autriche (2-1) au bout d'un film magnifique qui se dessine depuis maintenant huit jours. Cette équipe est définitivement différente dans l'esprit, l'élan et le coeur. Dans le fond, elle n'était pas largement au-dessus des autres équipes de son groupe (Portugal, Hongrie, Autriche, ndlr) mais comme son sélectionneur suédois l'a expliqué : personne n'a été meilleure qu'elle. Et lundi prochain, l'Islande sera à Nice pour disputer le premier huitième de finale de championnat d'Europe de son histoire contre l'Angleterre. Dans les larmes.

The Icelandic commentary on #ISL's winning goal is incredible 😂pic.twitter.com/4VWPIj5wCw

— Telegraph Football (@TeleFootball) 22 juin 2016

"Un conte de fées"


De ce voyage historique en France, il restera forcément les images. La force de cette équipe d'Islande, c'est qu'elle ne marche pas seule : c'est un tout. Lars Lagerbäck, lui, parle d'un "conte de fées". Avant la compétition, l'ancien sélectionneur de la Suède décrivait "le projet d'une vie. (...) Beaucoup de gens parlent de mon rôle, plaisantent sur le fait que je vais devenir président, mais nous sommes avant tout un groupe d'individus qui a travaillé dur dans un bon environnement." Un groupe d'individus, une vraie équipe, c'est finalement assez rare dans…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant