L'IRSN chiffre le coût d'un accident nucléaire majeur

le
1
LE COÛT D'UN ACCIDENT NUCLÉAIRE MAJEUR COMPRIS ENTRE 760 ET 5.800 MILLIARDS D'EUROS, SELON UNE ANCIENNE ÉTUDE DE L'IRSN
LE COÛT D'UN ACCIDENT NUCLÉAIRE MAJEUR COMPRIS ENTRE 760 ET 5.800 MILLIARDS D'EUROS, SELON UNE ANCIENNE ÉTUDE DE L'IRSN

PARIS (Reuters) - Le coût d'un accident nucléaire majeur serait de 760 milliards d'euros et pourrait, dans les conditions les plus défavorables, atteindre 5.800 milliards d'euros, selon un rapport ancien de l'institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN).

Cette étude publiée mardi, a été réalisée en 2007, avant la catastrophe de Fukushima au Japon.

"Le rapport de 2007 citait une valeur extrême, issue d'une modélisation rudimentaire, de 5.800 milliards d'euros. Les travaux récents de l'IRSN ne confirment pas cette estimation extrême", indique l'institut public dans un communiqué.

En février 2013, l'IRSN avait publié une étude actualisée qui évoquait un coût médian de 430 milliards d'euros, soit l'équivalent de 20% du PIB, pour le même type d'accident.

La valeur extrême de ce scénario médian est beaucoup moins importante que celles envisagées en 2007, "inférieures à 1.000 milliards" dans les conditions les plus défavorables, a déclaré à Reuters Thierry Charles, directeur général adjoint de l'IRSN.

"On arrive nettement en dessous d'un ordre de grandeur de 5.800 milliards d'euros", dit-il.

Ce chiffre, publié par le Journal du dimanche, avait provoqué l'émotion des écologistes, qui avaient réclamé notamment qu'un audit complémentaire "indépendant et pluraliste" soit réalisé au plus vite.

Le groupe EELV avait également demandé la constitution d'un fonds de provisionnement correspondant au coût d'un accident majeur et alimenté par les opérateurs de l'industrie nucléaire.

En cas d'accident nucléaire majeur, le coût pour la France serait principalement déterminé par les conditions météorologiques, précise notamment cette étude.

"Une météo favorable au moment de l'accident ferait baisser le coût de l'accident de 40% en réduisant les surfaces contaminées et le coût des relogements", détaille l'étude, soulignant par exemple que, dans le pire des scénarios, les indemnisations représenteraient près de 5.000 milliards d'euros.

Dans ce scénario extrême, la France pourrait en effet être amenée à indemniser des victimes situées hors de ses frontières, souligne l'étude.

Marion Douet, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6197799 le mardi 26 mar 2013 à 15:28

    Encore une manœuvre de écolos pour faire peur ! Sur le plan scientifique, il est strictement impossible de chiffrer ce genre d'événement ! pas plus que la probabilité de chute d'une météorite sur Paris, de l'envoi d'un missile Nord Coréen sur la France, d'une guerre nucléaire avec l'Iran.. Demandez donc aux français s'ils sont d'accord pour payer leur électricité 2 ou 3 fois plus cher pour mettre de l'argent de côté en prévision d'un tel accident ! Et si on traitait enfin les vrais problèmes ?