L'Irlande, le vrai meilleur troisième ?

le
0
L'Irlande, le vrai meilleur troisième ?
L'Irlande, le vrai meilleur troisième ?

Au bout du bout, l'Irlande a arraché sa qualification pour les huitièmes de finale. Comme trois autres meilleurs troisièmes. Sauf que contrairement à ces derniers, l'Eire n'a jamais calculé. Et mérite sans doute davantage de continuer l'aventure.

Italie-Irlande, 85e minute de jeu. Le score est toujours vierge et connaissant la Nazionale, tout le monde sait qu'il ne bougera pas. Sauf que contre toute attente, l'improbable se produit. Robbie Brady s'élève dans le ciel, profite de la sortie complètement ratée de Salvatore Sirigu et smashe l'offrande de Wes Hoolahan. La balle dépasse la ligne du but et vient heurter les filets, provoquant un tremblement de terre au Nord de la Manche. Dans le même temps, les joueurs explosent de joie et se promettent de ne pas craquer dans le laps de temps restant.

En vérité, ils ont déjà gagné et viennent de se qualifier pour les huitièmes de finale. Étrangement, ce but vient juste après celui de la Belgique contre la Suède dans l'autre rencontre de la poule. Une bonne nouvelle pour l'Eire, qui n'aurait pas été qualifiée dans le cas d'un succès de Zlatan Ibrahimović et consort (en raison d'une différence de but défavorable). Les onze Irlandais se sont-ils libérés en apprenant cette bonne nouvelle, ce qui expliquerait leur goal soudain ? Non, définitivement non. Ceux qui envisagent sérieusement cette théorie font fausse route.

Un peu d'Eire frais


Pourquoi ? Parce que parmi les quatre meilleurs troisièmes de cet Euro, et même quelques deuxièmes, l'Irlande est unique. Elle est en effet l'une des seules petites nations, si ce n'est la seule, à n'avoir jamais sorti la calculette pour savoir ce qu'elle avait à faire. En tout cas, pas sur le terrain. Les Verts et Blancs jouent avec leur cœur et chaque rencontre est une bataille à aller chercher. Ce n'est pas nouveau. Ce qui l'est, c'est cette nouvelle organisation du tableau Euro, qui permet à une team de se qualifier avec trois malheureux points et une différence de but pas trop mauvaise, qui incite donc les sélections les plus faibles à fermer le jeu et ne prendre aucun risque, quitte à perdre d'un seul but. Or, l'Irlande n'est pas, et ne sera jamais ce genre d'équipe à réflexion ennuyeuse. Les preuves se cachent dans chacun des matchs de poule.


Premier match, Irlande-Suède (1-1) : alors qu'on imagine un gros bloc vert attendant des Suédois favoris, c'est…







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant