L'Irlande a voté pour le mariage homosexuel

le , mis à jour à 19:05
0

* Premier pays à légaliser le mariage homosexuel par référendum * Changement culturel pour ce pays catholique réputé conservateur * cris de joie et larmes à Dublin (Actualisé avec premiers résultats déclarés, nouvelles citations) par Conor Humphries et Padraic Halpin DUBLIN, 23 mai (Reuters) - Les Irlandais se sont prononcés massivement en faveur de la légalisation du mariage homosexuel lors d'un référendum marquant un changement social historique dans ce pays réputé catholique et conservateur, ont annoncé samedi des ministres du gouvernement et des opposants au projet. Les résultats définitifs du scrutin, par lequel l'Irlande devrait être le premier pays au monde à légaliser le mariage pour tous au terme d'une consultation populaire, sont attendus dans en début de soirée. Sans attendre, les partisans du "oui" se sont embrassés, ont ri et pleuré, agitant des drapeaux arc-en-ciel au fur et à mesure de la publication des résultats sur un écran géant devant le château de Dublin. "Je crois que c'est gagné", a déclaré samedi matin à Reuters le ministre de l'Egalité, Aodhan O'Riordain, présent au principal centre de comptage à Dublin. "C'est un message très fort à tous les jeunes LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) en Irlande et à tous les jeunes LGBT dans le monde." Le ministre de la Santé Leo Varadkar, qui a révélé son homosexualité dans une interview à la radio en janvier dernier, a estimé que le référendum de vendredi s'apparentait à "une révolution sociale". Les expatriés étant rentrés massivement en Irlande pour pouvoir voter, le taux de participation devrait être le plus élevé pour un référendum depuis des décennies. Les partisans du "non" ont reconnu leur défaite dès l'ouverture des premières urnes. "Tout le monde prédisait une victoire du 'oui'... et il semble que ce soit le cas en ce moment. C'est décevant", a déclaré John Murray, membre du Iona Institute, un groupe de réflexion catholique. Cette "révolution" était soutenue par l'ensemble des partis politiques du pays, par de nombreuses grandes entreprises et par des célébrités. Tous espéraient que cela donnerait une nouvelle image de marque à ce pays très catholique, longtemps considéré comme l'un des plus conservateurs de l'Europe de l'Ouest sur le plan social. Il y a 22 ans, au moment de la généralisation de l'homosexualité en Irlande, seulement un tiers de la population était favorable à cette mesure, selon un sondage de l'époque. Quand le divorce a été légalisé de justesse en 1995, seul cinq des 30 circonscriptions hors de Dublin avaient soutenu la proposition. Mais en une génération, la société a nettement évolué et le Premier ministre Enda Kenny, catholique pratiquant, s'est même rendu dans un bar gay durant la campagne. L'Eglise catholique, fragilisée par des scandales à répétition, notamment des accusations d'abus sexuels, enseigne toujours que les pratiques homosexuelles constituent un péché. Elle a toutefois réservé sa campagne pour le "non" à ses ouailles, en net contraste avec l'opposition très active prise publiquement au moment de l'adoption de mesures de ce genre dans d'autres pays et notamment en France. (Henri-Pierre André, Tangi Salaün et Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant