L'Iran voit dans le retrait russe de Syrie un "signe positif"

le
0
    DUBAÏ, 16 mars (Reuters) - L'Iran a estimé que la décision 
de la Russie de retirer des forces de Syrie était un "signe 
positif" montrant qu'un cessez-le-feu entre le gouvernement 
syrien et les insurgés pouvait être viable. 
    "Le fait que la Russie ait annoncé qu'elle retirait une 
partie de ses forces tend à montrer qu'elle n'éprouve pas 
actuellement le besoin de recourir à la force pour maintenir le 
cessez-le-feu", a déclaré le chef de la diplomatie iranienne, 
Mohammad Javad Zarif, mardi lors d'une visite en Australie. 
    "Cela, en soi, peut être un signe positif. Il faut attendre 
et voir", a ajouté le ministre, cité par la chaîne iranienne 
Press TV. 
    Le président Vladimir Poutine a surpris lundi en annonçant 
que la majeure partie des forces russes, engagées depuis le 30 
septembre dernier dans d'intenses raids aériens en soutien au 
régime de Bachar al Assad, se retireraient de Syrie. 
    De son côté, le président israélien Reuven Rivlin, qui 
effectue une visite à Moscou, compte demander aux Russes de 
faire en sorte que leur retrait partiel de Syrie n'encourage pas 
les forces iraniennes et du Hezbollah qui appuient le régime 
syrien, a déclaré un responsable israélien. 
    Lors de l'entretien qu'il aura dans l'après-midi, mardi, 
avec Vladimir Poutine, Rivlin "demandera la garantie que Moscou 
ne permettra pas que son retrait de Syrie n'encourage l'Iran et 
le Hezbollah", a dit ce responsable à Reuters. 
    Israël voit dans le Hezbollah chiite libanais son ennemi le 
plus puissant et craint que ses combattants, implantés dans le 
sud du Liban, ne s'enracinent sur le front syrien et 
n'acquièrent des armes de pointe livrées par Damas. 
 
 (Bozorgmehr Sharafedin et Dan Williams; Eric Faye pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant