L'Iran veut regagner sa part de marché avant de stabiliser le pétrole

le
1
    DUBAI, 4 septembre (Reuters) - L'Iran sera prêt à soutenir 
toute initiative visant à rééquilibrer le marché mondial du 
pétrole dès lors qu'il aura récupéré la part de marché qu'il 
possédait avant l'imposition de sanctions internationales à son 
encontre, a dit un responsable gouvernemental iranien cité par 
l'agence de presse du ministère du Pétrole, Shana. 
    Le ministre algérien de l'Energie, Noureddine Bouterfa, a 
pour sa part déclaré après des discussions à Téhéran avec son 
homologue iranien Bijan Zanganeh que l'Organisation des pays 
exportateurs de pétrole (Opep) voulait un cours du pétrole 
compris entre 50 et 60 dollars le baril, a ajouté Shana. 
    Le baril de Brent de la mer du Nord  LCOc1  se traitait sous 
47 dollars vendredi à la clôture du marché new-yorkais Nymex. 
    "Le vice-ministre du Pétrole chargé des Affaires 
internationales et du Commerce, Amir Hossein Zamaninia, a 
exprimé le soutien de l'Iran à toute décision susceptible de 
contribuer à rétablir l'équilibre sur le marché du pétrole et il 
a dit que le pays ne pourrait se montrer coopératif en la 
matière que lorsqu'il aura regagné sa part de marché 
pré-sanctions", rapporte Shana. 
    Une réunion informelle entre l'Opep et des pays non-membres 
du cartel des exportateurs, tels la Russie, doit se tenir en 
marge du Forum international sur l'Energie du 26 au 28 septembre 
à Alger. 
    De précédents efforts pour parvenir à un gel des niveaux de 
production entre pays membres et non-membres de l'Opep ont 
échoué en avril en raison du refus de l'Iran de s'associer à 
cette initiative, destinée à soutenir les cours, alors que 
Téhéran souhaite accroître ses exportations après la levée de 
sanctions internationales à son encontre. 
 
 (Bureau de Dubai; Bertrand Boucey pour le service français) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2061328 il y a 12 mois

    Sur le fond elle a bien raison, la baisse du pétrole dans un premier temps a été provoquée pour pénaliser la Russie et l'Iran, le problème est, comme souvent, quand la machine s'emballe, plus de maîtrise