L'Iran tire encore des missiles, dit vouloir viser Israël

le , mis à jour à 16:34
1
 (Actualisé avec nouveau lead, réaction d'Israël) 
    par Sam Wilkin et Bozorgmehr Sharafedin 
    DUBAI, 9 mars (Reuters) - Les Gardiens de la révolution, 
unité d'élite de l'armée iranienne, ont procédé mercredi à deux 
nouveaux tirs de missiles balistiques conçus, ont-ils précisé, 
pour pouvoir atteindre Israël, ignorant les critiques des 
Etats-Unis à propos d'essais similaires menés mardi. 
    La télévision publique a diffusé les images de deux missiles 
Qadr en train d'être lancés d'un site situé dans le nord de 
l'Iran. Ils ont atteint des cibles dans le sud du pays à environ 
1.400 kilomètres de distance. Après les tests effectués mardi, 
les Etats-Unis ont menacé l'Iran de nouvelles sanctions. 
    "La raison pour laquelle nous construisons nos missiles avec 
une portée de 2.000 km est d'être en mesure d'atteindre notre 
ennemi, le régime sioniste, en profitant d'une distance de 
sécurité", a déclaré le général Amir Ali Hajizadeh, commandant 
de la division aérospatiale des Gardiens (pasdarans), cité par 
l'agence de presse Isna. Le point le plus près de Jérusalem et 
de Tel Aviv en Iran est à 1.000 kilomètres environ. 
    Les missiles lancés mercredi portaient l'inscription en 
hébreu "Israël devrait être rayé des pages de l'Histoire", 
indiquent les agences de presse iraniennes. Cette inscription 
n'était toutefois visible sur aucune des photos disponibles.  
    En Israël, le ministre de la Défense Moshe Yaalon a déclaré 
à la radio que ces tirs de missiles montraient que l'Iran 
n'avait pas changé d'opinion et restait hostile malgré la mise 
en oeuvre de l'accord encadrant ses activités nucléaires et les 
gestes d'ouverture vers l'Occident du président Hassan Rohani. 
    "A mon grand regret, il y en a certains en Occident qui sont 
induits en erreur par les belles paroles de certains dirigeants 
iraniens tandis que les autres continuent à fournir du matériel 
et des armes aux groupes terroristes armés", a déclaré Moshe 
Yaalon. 
     
    LE STOCK LE PLUS IMPORTANT DE LA RÉGION 
    Les pasdarans entretiennent des dizaine de missiles 
balistiques à courte et moyenne portée, soit le stock le plus 
important de la région. Ils affirment qu'ils ne sont qu'à usage 
défensif avec des ogives conventionnelles, non nucléaires. 
    Les Etats-Unis ont fait savoir qu'ils porteraient al 
question des essais de mardi devant le Conseil de sécurité de 
l'Onu, dont la résolution 2231 de juillet 2015 sur le nucléaire 
iranien appelle la République islamique à ne pas développer de 
missiles capables de transporter des têtes nucléaires. 
    Il y a deux mois, Washington a imposé des sanctions contre 
les entreprises et les personnes associées à ce programme 
balistique de l'Iran après l'essai d'un engin à moyenne portée 
de type Emad en octobre 2015. 
    Mais les pasdarans ont dit qu'ils ne plieraient pas. 
    "Plus nos ennemis font pression et sanctionnent (...), plus 
nous développerons notre programme de missiles", a déclaré le 
général Amir Ali Hajizadeh, commandant en second des gardiens de 
la révolution. 
    Ces tests de missiles soulignent la bataille qui se joue en 
Iran entre les partisans d'une ligne dure opposés à la 
normalisation des relations avec l'Occident et le gouvernement 
du président Rohani relativement modéré qui souhaite attirer des 
investissements étrangers dans son pays. 
    La popularité du président est en forte hausse depuis la 
levée des sanctions en janvier. Les dernières élections 
législatives et à l'Assemblée des experts, l'organe chargé de 
désigner le Guide suprême, ont confirmé la progression des 
modérés.  
 
 (Avec Dan Williams à Jérusalem et Andrea Shalal à Washington; 
Pierre Sérisier et Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le mercredi 9 mar 2016 à 17:25

    Pour avoir la paix, il faut se préparer à la guerre et le faire savoir.