L'Iran se plaint des "provocations" saoudiennes auprès de l'Onu

le
0
    DUBAI, 9 janvier (Reuters) - Le ministre iranien des 
Affaires étrangères s'est plaint des "provocations" saoudiennes 
auprès des Nations unies, alors que la crise diplomatique 
provoquée par l'exécution d'un dignitaire chiite en Arabie entre 
dans sa deuxième semaine.  
    Dans une lettre adressée à Ban Ki-moon, secrétaire général 
de l'organisation, Mohammad Javad Zarif estime que "certaines 
personnes" à Ryad semblent décidées à étendre la crise à toute 
la région.  
    L'Arabie saoudite a annoncé dimanche la rupture de ses 
relations diplomatiques avec l'Iran après le saccage de son 
ambassade à Téhéran et du consulat de Mashhad par des 
manifestants qui protestaient contre l'exécution du cheikh Nimr 
al Nimr, le 2 janvier.  
    L'Iran ne souhaite pas que la crise donne lieu à une 
escalade des tensions, écrit le chef de la diplomatie, tout en 
imputant la responsabilité de l'affaire aux dirigeants 
saoudiens. 
    "Ils peuvent continuer à soutenir les terroristes et inciter 
à la haine religieuse ou choisir le chemin du bon voisinage et 
jouer un rôle constructif pour la sécurité régionale", peut-on 
lire dans sa lettre, selon l'agence de presse officielle Irna. 
    Parlant de "provocations directes", le ministre dénonce non 
seulement l'exécution du cheikh Nimr, mais "les mauvais 
traitements persistants", dont les chiites font selon lui 
l'objet lors du pèlerinage à La Mecque.  
    "La plupart des membres d'Al Qaïda, des taliban, de l'Etat 
islamique et du Front al Nosra sont des citoyens saoudiens ou 
ont été soumis à un lavage de cerveau par des démagogues aux 
mains pleines de pétrodollars", ajoute-t-il.   
       
 
 (Sam Wilkin, Jean-Philippe Lefief pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant