L'Iran s'impose sur les terrains de foot... humanoïdes

le
0
L'Iran s'impose sur les terrains de foot... humanoïdes
L'Iran s'impose sur les terrains de foot... humanoïdes

Les ingénieurs iraniens ont donné une leçon de football et de savoir technologique en triomphant malgré les sanctions lors du "Robocup Open" de Téhéran, tournoi annuel disputé par des robots.Au-delà de l'aspect ludique, cette compétition internationale sert de laboratoire technologique pour la robotique humanoïde, affirment les concurrents.Cinq équipes --trois allemandes, une néerlandaise et une iranienne-- s'affrontaient sur deux jours dans un championnat SPL (Standard Platform League). Le gagnant est celui qui a remporté le plus de matches au terme de cette 9e édition.Chaque équipe dispose de quatre robots d'environ 60 cm de hauteur, NAO, fabriqués par la société française Aldebaran Robotics. Ce sont les programmes intégrés à la machine qui distinguent les meilleurs.Les robots "sont complètement autonomes, nous n'avons aucun contrôle sur le jeu et ils prennent leurs propres décisions", explique à l'AFP Novin Sharhoudi, 20 ans, étudiant en génie logiciel et génie informatique à l'Université Azad de Qasvin, au nord-ouest de Téhéran."Nous avons les donnés de base, et nous réalisons des programmes informatiques pour améliorer la mobilité, la perception de l'environnement et le comportement dans le jeu", ajoute le membre de l'équipe iranienne MRL (Mechatronics Research Laboratories), vainqueur de la compétition.Le robot voit la balle et son environnement grâce à deux caméras, sur le front et sur le menton, et communique avec ses trois coéquipiers grâce au réseau wifi, précise Jonas Mende, 24 ans, de la "Team HTWK" de Leipzig. - La victoire malgré les sanctions - Sur le terrain rectangulaire de 9 mètres sur 6, l'équipe de Leipzig a connu toutefois quelques problèmes: ses robots ne se reconnaissaient pas et se poussaient en approchant du ballon. Jonas Mende s'inquiète aussi des "gros progrès" de MRL, qui a terminé troisième derrière Brême, champion du monde en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant