L'Iran rejette les critiques sur son programme de missiles

le
0
    * Téhéran rejette les critiques américaines 
    * "L'Iran n'a pas besoin de permission pour se défendre", 
dit le principal conseiller d'Ali Khameneï 
    * Révélations en Allemagne sur l'essai d'un missile de 
croisière 
 
    ANKARA, 2 février (Reuters) - Les autorités iraniennes ont 
affirmé jeudi que l'essai d'un nouveau missile balistique avait 
été couronné de succès et ont balayé les critiques 
internationales, notamment américaines. 
    "L'essai de missile de dimanche a été un succès", a dit le 
ministre iranien de la Défense, Hossein Dehghan, cité par 
l'agence de presse Tasnim. Comme la veille, il a réaffirmé que 
ce test ne transgressait pas les dispositions de l'accord de 
juillet 2015 sur le programme nucléaire iranien et de la 
résolution du Conseil de sécurité qui l'appuie. 
    Les Etats-Unis, qui avaient révélé ce tir effectué dimanche 
sur un site proche de Semnan, à l'est de Téhéran, ont dénoncé 
une "provocation". 
    Face à ces critiques, le principal conseiller de l'ayatollah 
Ali Khameneï, guide suprême de la Révolution islamique, a 
déclaré pour sa part que l'Iran ne céderait pas aux pressions et 
a défendu son droit souverain à tester des missiles. 
    "Ce n'est pas la première fois qu'une personne 
inexpérimentée menace l'Iran", déclare Ali Akbar Velayati, 
visant Donald Trump. "Le gouvernement américain comprendra qu'il 
ne sert à rien de menacer l'Iran. L'Iran n'a pas besoin de la 
permission d'un pays tiers pour se défendre", ajoute le 
conseiller de Khameneï cité jeudi par l'agence de presse Fars. 
    Téhéran, qui s'est engagé à "ne chercher en aucun cas à 
obtenir, mettre au point ou acquérir des armes nucléaires", 
affirme que les missiles testés ne sont pas prévus pour emporter 
des charges nucléaires.     
    Mais dans son édition de jeudi, le quotidien allemand Die 
Welt fait de nouvelles révélations sur le programme balistique 
iranien, affirmant qu'en plus du tir de ce missile de moyenne 
portée, la république islamique a testé un missile de croisière 
capable de transporter une ogive nucléaire sur une distance 
pouvant aller de 2.000 à 3.000 km. 
    Le journal, qui cite des sources au sein du renseignement, 
précise que ce missile dit Sumar a été conçu en Iran et qu'il a 
parcouru avec succès quelque 600 km. 
    Aucun commentaire n'a pu être obtenu dans l'immédiat auprès 
des autorités iraniennes ou du BND, le service du renseignement 
extérieur allemand. 
    Un expert en questions de sécurité interrogé par Die Welt 
souligne que les missiles de croisière, outre leurs avantages 
techniques sur les missiles balistiques, présentent aussi 
l'intérêt pour l'Iran qu'ils ne sont pas mentionnés par les 
résolutions de l'Onu.     
    Le 14 juillet 2015, l'Iran et six grandes puissances, le 
groupe dit P5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, 
Grande-Bretagne et Allemagne), ont conclu un accord encadrant 
les activités nucléaires de l'Iran en échange d'un 
assouplissement des sanctions à l'encontre de la République 
islamique. 
    Adoptée six jours plus tard, la résolution 2231 du Conseil 
de sécurité de l'Onu note que "l'Iran est tenu de ne mener 
aucune activité liée aux missiles balistiques conçus pour 
pouvoir emporter des armes nucléaires". 
 
 (Pariza Hafezi avec Andrea Shalal à Berlin; Henri-Pierre André 
pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant