L'Iran étend son emprise sur l'Irak

le
0
Le jeu d'influence de Téhéran s'exerce ouvertement dans les sphères religieuse, culturelle et politique.

À quelques mois de la fin du retrait des troupes américaines d'Irak, le bilan de l'opération «Iraqi Freedom», lancée en 2003 par l'Administration Bush, est loin de correspondre aux aspirations de Washington. «À des années-lumière, même !», s'exclame le représentant d'un pays allié des États-Unis en poste à Bagdad. Le phénomène qui complique singulièrement l'équation des États-Unis était sous-jacent depuis plusieurs années ; il est aujourd'hui patent et s'expose à la vue de tous : le rôle joué par l'Iran voisin inquiète la communauté internationale et un nombre croissant d'Irakiens.

«Vous ne pouvez pas imaginer les dégâts causés par Téhéran dans ce pays», soupire ce diplomate occidental. Véritable bête noire de l'ancien président irakien Saddam Hussein, exécuté par pendaison en 2006, le puissant voisin perse jouit aujourd'hui en Irak d'une aura qui est en train de devenir la principale préoccupation des Arabes sunnites, ainsi que des Occident

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant