L'Iran est-il devenu pro-américain ?

le
2
La statue de la Liberté détournée à Téhéran.
La statue de la Liberté détournée à Téhéran.

La realpolitik n'épargne plus la République islamique. Le régime iranien a beau appeler sa population à scander "mort à l'Amérique" depuis 34 ans, il peut radicalement changer de discours lorsque ses intérêts - la levée des sanctions - lui dictent de se rapprocher du "Grand Satan". Les autorités ont ainsi créé la surprise en ordonnant le retrait de panneaux hostiles à leur meilleur ennemi. Il y a une semaine, les habitants de Téhéran ont vu fleurir sur les ponts et les bords des routes d'étranges affiches. Aux côtés des publicités pour des marques occidentales, un panneau qui représente deux responsables politiques - un Américain et un Iranien - discutant fermement autour d'une table.

La ressemblance du Perse avec Mohamad Javad Zarif, l'actuel chef de la diplomatie iranienne, suggère que les deux hommes négocient une issue au dossier nucléaire iranien, qui empoisonne les relations entre l'Iran et le reste du monde. La scène rappelle la reprise des discussions entre la République islamique et les 5+1 (États-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne et Allemagne) les 15 et 16 octobre derniers à Genève. À cette occasion, l'Iran a présenté une nouvelle proposition aux grandes puissances, tandis que les États-Unis ont salué la nouvelle approche "sérieuse et substantielle" de Téhéran.

"Voici l'honnêteté américaine"

Mais sur cette affiche, le négociateur américain, reconnaissable par la cravate occidentale qu'il porte ainsi...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 35924358 le mardi 29 oct 2013 à 05:46

    Le loup se déguise en agneau.

  • LeRaleur le lundi 28 oct 2013 à 17:18

    NON, c'est uniquement de la Taqyia