L'Iran annonce un accord sur l'achat de Boeing

le , mis à jour à 20:40
5
 (Actualisé avec nouvelles sources, déclaration de Boeing) 
    par Bozorgmehr Sharafedin et Tim Hepher 
    DUBAI/PARIS, 14 juin (Reuters) - L'Iran a annoncé mardi 
avoir conclu un accord avec Boeing  BA.N  en vue de l'achat 
d'avions de ligne, rouvrant ainsi au constructeur aéronautique 
américain un marché fermé depuis des décennies, moins de six 
mois après la levée des sanctions internationales. 
    Les modalités de l'accord sont encore imprécises mais des 
sources occidentales et moyen-orientales ont déclaré qu'une fois 
validé, il permettrait à la compagnie nationale IranAir 
d'intégrer à sa flotte plus de 100 Boeing, soit en les achetant 
directement à l'avionneur, soit en les louant. 
    "Dans les jours à venir, les modalités de l'accord avec 
cette entreprise seront annoncées", a dit le ministre des Routes 
et du Développement urbain, Abbas Akhoundi, cité par l'agence de 
presse Mehr. 
    L'arrangement n'est pour l'instant, selon les sources, que 
l'esquisse d'un futur contrat en bonne et due forme qui doit 
encore obtenir l'aval des autorités américaines.  
    Alors que les sanctions ont empêché pendant près de 40 ans 
l'Iran d'acheter des avions américains, Boeing n'a ces derniers 
mois été autorisé qu'à présenter ses différents modèles à 
IranAir et à quelques autres compagnies. 
    Parallèlement, IranAir a commandé fin janvier 118 avions à 
Airbus pour environ 25 milliards de dollars (22 milliards 
d'euros) au prix catalogue, à la suite de la levée des sanctions 
internationales dont le pays faisait l'objet en raison de son 
programme nucléaire.      
     
    LES BESOINS DE L'IRAN ESTIMÉS À 400 AVIONS 
    "Nous sommes engagés dans des conversations avec des 
compagnies aériennes iraniennes avec l'aval du gouvernement 
américain en vue de l'achat éventuel d'avions de ligne Boeing et 
des services afférents", a déclaré un porte-parole de Boeing 
dans un courriel. 
    "Nous ne donnons pas de détails sur des conversations en 
cours avec des clients; nous avons pour habitude de laisser les 
clients annoncer tout accord conclu et tout accord éventuel sera 
subordonné au vert du gouvernement américain". 
    Farhad Parvaresh, le président d'IranAir, avait dit la 
semaine dernière à Reuters que la compagnie aérienne discutait 
d'une grosse commande avec Boeing, comparable peut-être à celle 
de plus de 100 appareils passée avec Airbus  AIR.PA . 
  
    On estime que l'Iran a besoin d'environ 400 avions pour 
rajeunir sa flotte et faire face à la croissance annoncée du 
secteur du transport aérien.  
    Pour vendre des appareils sur le marché iranien, Boeing et 
Airbus ont tous les deux besoins d'obtenir des licences 
d'exportation des autorités américaines, leurs avions utilisant 
des technologies américaines. 
    Même si ces licences sont accordées, expliquent des sources 
du secteur, la mise en oeuvre des contrats prendra du temps en 
raison des incertitudes sur le financement, les entreprises 
iraniennes restant pour l'instant privées de tout accès au 
système financier américain. 
       
 
 (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc 
Angrand) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • xenfab il y a 6 mois

    J'ai bien capté leur histoire du règlement en $, alors vivement que les autres états adoptent d'autres monnaies de références. Rien que pour ça, il faut maintenir l'existence de l'€ à tout prix.

  • xenfab il y a 6 mois

    Soudan ET Iran, pas pareil mais presque ..., même si je ne cautionne pas, il y a quand même un malaise de voir que ce sont les US qui d'un jour à l'autre disent ce qui est bien et ce qui est mal avec autant d'autorité. Pour moi y a un blème que je n'encaisse pas, que dit la France , que dit l'Europe, que dit l'ONU ?

  • glitzy il y a 6 mois

    Pas pareil, le Soudan était sur la liste des états "terroristes" et interdits, les gens à la BNP le savaient. Comme disent les américains : "our dollar, our rules". Bizarrement, les gens au Moyen-Orient n'acceptent pas les euros.

  • xenfab il y a 6 mois

    Exact, c'est quand même énorme qu'une banque Fr se prenne 10milliards d'amende pour avoir posé des jalons, et que maintenant que les US ont dit ok, on peut y aller sans problème ... débectant de leur part .

  • glitzy il y a 6 mois

    Faut passer une commande à Boeing pour que les US autorisent finalement l'utilisation des circuits de paiement en dollar ?