L'Iran a procédé à plusieurs tests de missiles balistiques

le , mis à jour à 17:21
0
 (Actualisé avec source diplomatique française, §5) 
    DUBAI, 8 mars (Reuters) - L'Iran a procédé mardi à plusieurs 
tests de missiles balistiques, a annoncé le corps des gardiens 
de la révolution sur son site internet, bravant les récentes 
sanctions instaurées par les Etats-Unis sur cet aspect du 
programme militaire de Téhéran. 
    Ces tirs d'essai visaient à "démontrer la force de 
dissuasion de l'Iran et la capacité de la République islamique à 
répondre à toutes les menaces contre la Révolution, l'Etat et la 
souveraineté du pays", disent les pasdaran sur leur site 
internet. 
    A Washington, un responsable des autorités fédérales a réagi 
en estimant que si ces essais étaient bel et bien avérés, les 
Etats-Unis tenteraient d'obtenir du Conseil de sécurité des 
Nations unies une "réponse appropriée". 
    "Si c'est confirmé, nous avons l'intention de saisir le 
Conseil de sécurité de l'Onu de ce sujet. Nous encouragerons 
aussi un examen sérieux de cet incident et presserons pour 
obtenir une réponse appropriée", a-t-il dit. 
    "Le programme balistique iranien constitue une source de 
préoccupation", a-t-on déclaré à Paris de source diplomatique 
française. "La conception par l'Iran de missiles capables 
d'emporter des armes nucléaires contreviendrait à la résolution 
2231 du Conseil de sécurité de l'Onu qui appelle l'Iran à 
s'abstenir de toute activité dans ce domaine", a-t-on précisé. 
    Ces tests interviennent moins de deux mois après l'annonce 
de nouvelles sanctions américaines visant onze sociétés et 
individus qui seraient impliqués dans le programme de missiles 
balistiques iraniens Emad, testés en octobre 2015.   
     
    "EXIGENCES DÉMESURÉES" 
    Les Nations unies avaient alors estimé que ces tests 
violaient la résolution 1929 qui interdisait à l'Iran de 
développer des missiles susceptibles d'être équipés de têtes 
nucléaires. 
    Cette résolution a expiré en janvier dernier, lorsqu'est 
entré en vigueur l'accord sur le programme nucléaire iranien 
conclu en juillet 2015, mais un nouveau texte, la résolution 
2231, appelle l'Iran à s'abstenir de développer des missiles 
conçus pour accueillir des têtes nucléaires. 
    Téhéran estime que la résolution 2231 n'interdit que les 
missiles "conçus" pour emporter une ogive nucléaire mais pas les 
missiles "capables" d'en emporter une. L'Iran qualifie l'Emad de 
missile conventionnel. 
    Le général Amir Ali Hajizadeh, qui dirige la branche  
aérospatiale du corps des gardiens de la révolution, a déclaré 
que les sanctions n'empêcheraient pas l'Iran de continuer à 
produire des missiles balistiques, dans le cadre du 
développement de ses forces de défense conventionnelles. 
    "Nos principaux ennemis imposent de nouvelles sanctions à 
l'Iran afin d'affaiblir nos systèmes de missiles (...) Mais ils 
devraient savoir que les enfants de la nation iranienne au sein 
du corps des gardiens de la révolution et des autres forces 
armées refusent de se plier à leurs exigences démesurées", a dit 
le général sur le site internet des pasdaran. 
    La télévision iranienne a montré mardi des images du tir 
nocturne d'un missile à partir d'un silo souterrain. Selon le 
commentaire, il s'agissait d'un missile à moyenne portée Qiam-1. 
    "Les missiles ont atteint une cible éloignée de 700 km", a 
précisé le général Hajizadeh. 
 
 (Bozorgmehr Sharafedin et Sam Wilkin avec Doina Chiacu à 
Washington, John Irish à Paris; Nicolas Delame, Guy Kerivel et 
Henri-Pierre André pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant