L'Irak vit sa pire crise humanitaire en une génération (MSF)

le , mis à jour à 14:57
0

LONDRES, 9 juin (Thomson Reuters Foundation) - Un an après l'émergence soudaine de l'organisation Etat islamique, l'Irak traverse sa plus grave crise humanitaire en une génération mais les agences humanitaires éprouvent le plus grand mal à acheminer l'assistance vers les populations dans le besoin, souligne mardi l'ONG Médecins sans Frontières (MSF). MSF rappelle que près de trois millions d'Irakiens ont fui les provinces les plus touchées par les combats, notamment celle de Ninive, dont la capitale, Mossoul, deuxième ville d'Irak, est passée sous la coupe de l'EI le 10 juin 2014, Anbar, qui s'étend à l'ouest de Bagdad, mais aussi Salaheddine (nord), Kirkouk (nord) et Diyala (nord-est). Les vagues successives de populations contraintes de fuir leurs foyers sur l'année écoulée sont aujourd'hui bloquées dans des "zones grises" sans accès à une assistance humanitaire de base, poursuit MSF. "En dépit de l'ampleur des besoins des populations, la réponse humanitaire s'est concentrée pour l'essentiel sur les zones plus sûres, comme la région du Kurdistan irakien", a souligné Fabio Forgione, qui dirige la mission de MSF en Irak. "L'Irak, poursuit-il dans un communiqué, traverse la pire crise humanitaire de ces dernières décennies." D'après les Nations unies, qui ont lancé la semaine dernière un appel de fonds humanitaires de 500 millions de dollars pour l'Irak, quelque 8,2 millions d'Irakiens, soit le quart de la population, aura besoin d'une manière ou d'une autre d'une aide humanitaire cette année. RENVOI Pour une CHRONOLOGIE de l'implantation de l'organisation Etat islamique: ID:nL5N0QS1LE (Joseph D'Urso; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant