L'Irak saisit l'Onu de son contentieux avec la Turquie

le
0
 (Actualisé avec citations §3-4) 
    ISTANBUL/BAGDAD, 12 décembre (Reuters) - Le Premier ministre 
irakien Haïdar al Abadi a demandé à son ministre des Affaires 
étrangères de saisir le Conseil de sécurité de l'Onu après le 
refus répété de la Turquie de retirer ses troupes stationnées 
dans un camp proche de Mossoul, ville du nord de l'Irak tenue 
par l'Etat islamique. 
    L'ambassadrice des Etats-Unis Samantha Power, qui assure la 
présidence tournante du Conseil de sécurité de l'Onu, a indiqué 
que la requête irakienne avait été enregistrée vendredi et que 
le texte demandait que soit ordonné le retrait immédiat des 
troupes turques présentes en territoire irakien. 
    "Nous appelons le Conseil de sécurité à demander que la 
Turquie retire ses forces immédiatement (...) et ne viole plus 
la souveraineté irakienne à nouveau", demande l'ambassadeur 
irakien Mohammed Ali Alhakim dans la lettre adressée à Samantha 
Power. 
    "Cela constitue une violation flagrante des principes de la 
charte des Nations unies et une violation de l'intégrité du 
territoire irakien et de la souveraineté de l'Etat d'Irak", 
poursuit le courrier. 
    Le président turc Recep Tayyip Erdogan a répété vendredi 
qu'il ne se soumettrait pas aux injonctions irakiennes d'un 
retrait, affirmant que ses soldats ont été déployés dans le 
cadre d'une mission internationale pour entraîner et équiper des 
forces irakiennes dans leur lutte contre l'EI. 
    "Il n'est pas possible que nous retirions nos troupes", a 
déclaré Erdogan devant la presse vendredi. "Il y a un 
déploiement, pas pour des opérations de combat mais pour 
protéger les soldats qui servent comme instructeurs. Nous allons 
poursuivre ce processus de formation", a-t-il poursuivi. 
    Samantha Power a appelé les dirigeants turcs et irakiens à 
entamer un dialogue "afin de trouver une sortie amiable à cette 
situation difficile". 
    Pour Erdogan, la saisie du Conseil de sécurité n'est pas une 
"mesure honnête". "Ils (ls Irakiens) peuvent saisir le Conseil 
de sécurité de l'Onu, c'est leur droit, mais cela n'est pas une 
mesure honnête et nous pensons que les initiatives de l'Irak 
sont dictées par les derniers développements dans la région, à 
savoir les initiatives prises par la Russie et par l'Iran", a 
poursuivi le chef de l'Etat turc. 
     
 
 (Tulai Karadeniz, Erca Gurses et Tom Finn. Michelle Nichols; 
Pierre Sérisier pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant