L'Irak plonge dans une profonde crise politique

le
0
Alors que le dernier convoi américain a quitté le pays, rien ne va plus entre le premier ministre et les sunnites d'Irakiya.

Dimanche à l'aube, le dernier convoi militaire américain a quitté l'Irak en traversant la frontière koweïtienne située au sud du pays. Les quelque 500 GI à bord de 120 véhicules blindés y ont rejoint Camp Virginia, ultime halte, avant d'être rapatriés aux États-Unis. Une sortie de scène presque sur la pointe des pieds, par l'une des bases militaires d'où avait été organisée en grande pompe l'invasion en 2003. Une page se tourne pour l'Irak, clôturant le chapitre d'une guerre de près de neuf ans.

Un virage politique que les responsables irakiens amorcent de manière périlleuse. Samedi, Irakiya, principal bloc de la coalition à majorité sunnite, annonçait son boycott du Parlement. Le groupe parlementaire, dirigé par l'ancien premier ministre Iyad Allaoui dressait un violent réquisitoire contre le chef du gouvernement, Nouri al-Maliki accusé de mener une «politique de marginalisation, usant de détentions abusives et d'une politisation du système judiciaire».

Mo...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant