L'Irak intensifie sa guerre contre Al-Qaïda

le
0
L'Irak intensifie sa guerre contre Al-Qaïda
L'Irak intensifie sa guerre contre Al-Qaïda

Des djihadistes enturbannés lourdement armés qui sillonnent les ruelles. Des immeubles vétustes bombardés ou criblés de balles. Et un hôpital modeste débordé. La ville de Fallouja, à l'ouest de Bagdad en Irak, est meurtrie par de violents combats. Ce vendredi, la cité irakienne de 320 000 habitants (chiffre 2010) est finalement tombée aux mains des extrémistes de l'Etat islamique d'Irak et du Levant (EIIL), un groupe qui se dit affilié à Al-Qaïda. La saveur de cette «prise» par EIIL, qui s'est faite au prix de nombreuses vies humaines, pourrait néanmoins être de courte durée. L'armée irakienne envisage une riposte pour reprendre ce bastion sunnite. 

Une bataille stratégique pour l'Iran et des Etats-Unis

Dans la région du Proche-orient, les Etats scrutent de près ces événements sanglants. Car la prise symbolique de Fallouja intensifie une guerre interminable entre les sunnites et chiites. Les sunnites de EIIL, visiblement liés à Al-Qaïda, combattent les chiites, et notamment le gouvernement de Nouri Al-Maliki. Les extrémistes ont également gagné du terrain «dans le nord de l'Irak, et notamment autour de la ville de Mossoul, précise Fabrice Balanche, directeur du Groupe de recherches et d'études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient. Depuis plusieurs mois, EIIL prélève même des impôts dans certaines localités !»

Aussi, le Premier ministre Nouri Al Maliki met aujourd'hui en place une stratégie de contre-insurrection après la prise de Fallouja. Ce dernier a reçu ce dimanche le soutien de Téhéran dans son combat contre Al-Qaïda, qui souhaite « fournir des équipements militaires et des conseils». Les Etats-Unis ont aussi affiché leur soutien, John Kerry a révélé l'inquiétude des Etats-Unis face à la montée en puissance de l'EIIL en Irak. «Ce sont les acteurs les plus dangereux dans la région», a précisé le Secrétaire d'Etat américain en soulignant «leur barbarie» et «leur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant