L'Irak a besoin des peshmergas pour libérer Mossoul-ministre

le
0
    par Maher Chmaytelli et Ahmed Rasheed 
    BAGDAD, 29 décembre (Reuters) - L'armée irakienne aura 
besoin de l'appui des combattants kurdes pour parvenir à 
reprendre Mossoul, la grande ville du nord de l'Irak sous 
contrôle de l'Etat islamique (EI), estime le ministre irakien 
des Finances, Hoshiyar Zebari. 
    L'agglomération à majorité sunnite, située à 400 km au nord 
de Bagdad, comptait environ deux millions d'habitants avant de 
passer aux mains des djihadistes en juin 2014. 
    Sa reconquête est devenue le prochain objectif du 
gouvernement irakien après la reprise de la ville de Ramadi ce 
week-end, premier succès d'importance des forces irakiennes face 
à l'EI depuis 18 mois. 
    "Mossoul exige une bonne préparation et un bon engagement de 
la part de tous les acteurs essentiels", explique Zebari, 
ministre d'origine kurde dans un entretien réalisé à Bagdad.   
"Les peshmergas sont une force majeure. Nous ne pourrons pas 
réussir à Mossoul sans les peshmergas", ajoute-t-il. 
    La bataille qui se prépare sera "très très difficile", 
estime Zebari. "Cela ne sera pas une opération facile parce 
qu'ils (les djihadistes) ont eu du temps pour se renforcer mais 
cela est faisable". 
    En raison de l'étendue des zones à sécuriser autour de 
Mossoul, l'armée irakienne devra compter sur le soutien de 
certaines forces locales sunnites et peut-être sur celui des 
Comités de mobilisation populaire chiites. 
    Ces comités (Hachid Chaabi) sont formés par une coalition 
peu structurée de différentes milices chiites appuyées par 
l'Iran afin de combattre Daech en Irak. 
    Les membres de cette Mobilisation populaire n'ont pas été 
autorisés à prendre part à la libération de Ramadi afin d'éviter 
des tensions avec les populations sunnites locales. 
    Fort de ce succès, le Premier ministre chiite Haïdar al 
Abadi a promis lundi que 2016 verrait la défaite de l'Etat 
islamique avec le projet d'offensive contre Mossoul. 
( ID:nL8N14H28F ) 
    "Nous allons entreprendre de libérer Mossoul et cela sera le 
coup fatal et final (porté) à Daech", a-t-il affirmé dans un 
discours.  
    La reconquête de Mossoul, estime Zebari, marquerait 
effectivement la fin du califat proclamé par l'Etat islamique à 
travers la Syrie et l'Irak. 
    "C'est là qu'Abou Bakr al Bagdadi (le leader de l'EI) a 
déclaré son califat", rappelle Zebari. "C'est littéralement leur 
capitale". 
     
 
 (Pierre Sérisier pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant