L'iPhone 6 d'Apple : les gagnants et les perdants côté français

le
0
AFP
AFP

La principale annonce entourant cette nouvelle version du smarphone vedette d'Apple concerne

sa capacité de paiement sans contact grâce à la technologie NFC (Near Field Communication), un domaine où de nombreuses sociétés tricolores sont historiquement en pointe. Le spécialiste des transactions sécurisées Inside Secure a été un précurseur sur le NFC, déposant ses premiers brevets en'99, mais a beaucoup pâti ensuite face à l'atonie du marché. Le groupe dirigé par Rémy de Tonnac ne peut donc que se féliciter du choix d'Apple en faveur de cette norme qui doit enfin

généraliser son usage, d'autant plus qu'il sera sans doute amené à réclamer un dédommagement financier à la firme de Cupertino par l'intermédiaire de France Brevets pour l'utilisation de technologies qu'il aurait initiées. Fonds d'investissement public, détenu à parité par l'Etat et la Caisse des Dépôts, France Brevets a déjà conclu un contrat de licence avec LG et Intel, et est en discussion avec Samsung, qui a aussi introduit le NFC dans ses smartphones. Le processus de conciliation éventuel pourrait néanmoins prendre

"entre un an et cinq ans", estime M. de Tonnac, selon le degré de résistance affiché par Apple. Des start-up du paiement mobile se trouvent renforcées par ce choix et entendent profiter de l'aubaine, à l'image d'AIRTAG, quatre millions d'euros de chiffre d'affaires l'an passé, qui propose notamment une solution mobile d'agrégation de cartes de fidélité. ?

Lire la suite sur le revenu.com


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant