L'investiture du président afghan repoussée au 2 septembre

le
0

KABOUL, 25 août (Reuters) - L'investiture du nouveau chef de l'Etat afghan, qui devait avoir lieu ce lundi, a été repoussée au 2 septembre pour permettre la révision des résultats contestés du second tour de l'élection présidentielle. Dans le cadre d'un accord conclu sous l'égide des Etats-Unis, le Dr. Abdullah Abdullah, ex-chef de la diplomatie, et l'ancien économiste de la Banque mondiale Ashraf Ghani ont donné leur aval à la formation d'un gouvernement d'union nationale et se sont engagés à coopérer au nouveau dépouillement des huit millions de bulletins entamé pour dissiper les soupçons de fraude. Les deux camps et la commission électorale craignant que le délai ne puisse être tenu, la date de la cérémonie d'investiture, repoussée une première fois, a dû l'être à nouveau. Si elle n'est pas reportée une troisième fois, le président prendra ses fonctions à l'avant veille du prochain sommet de l'Otan, qui aura lieu les 4 et 5 septembre à Newport, au Pays de Galles. Les Etats-membres doivent fixer à cette occasion le montant de l'aide allouée à l'Afghanistan après le départ des troupes étrangères, qui doit s'achever à la fin de l'année. "La Commission électorale indépendante (CEI) s'efforce d'achever le processus aussi vite que possible", a assuré son porte-parole, Noor Mohammad Noor, précisant que 70% des suffrages exprimés le 14 juin avaient été recomptées en un mois dans le cadre de l'audit supervisé par les Nations unies. Les cas les plus de problématiques n'ont toutefois pas été traités, a-t-il ajouté. Les résultats préliminaires du second tour créditent Ashraf Ghani de 56% des voix, mais son adversaire a dénoncé des fraudes massives et revendiqué la victoire. (Jessica Donati, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant